Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

La loi Hadopi revient à l'Assemblée nationale

Vidéo par Louise DUPONT

Dernière modification : 29/04/2009

Après avoir été rejeté le 9 avril, le projet de loi Création et Internet est de nouveau inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée. Soucieux d'éviter un nouveau revers, le Premier ministre a battu le rappel des députés de la majorité.

AFP - François Fillon et Jean-François Copé ont battu mardi le rappel des députés UMP en leur demandant d'être présents en nombre à l'Assemblée nationale, afin que les députés UMP ne soient plus jamais mis en minorité comme sur le texte internet, début avril.
  
"Cette semaine est une semaine stratégique du point de vue de l'organisation des travaux du Parlement. A défaut de fond, le PS a deux fenêtres de tir: le texte Hadopi, mercredi, et ses trois propositions de loi jeudi", a lancé le Premier ministre, selon des participants à la réunion du groupe UMP, quasi exclusivement consacrée à l'absentéisme parlementaire.
  
M. Fillon a salué l'affluence des députés UMP à la réunion: "je n'ai jamais vu autant de monde salle Colbert !" Selon des participants, certains élus étaient même assis sur les marches en raison de cette affluence.
  
Il a également souligné que les élus de gauche avaient l'intention d'être présents en nombre au défilé du 1er mai, d'où la nécessaire mobilisation jeudi de l'UMP dans l'hémicycle pour éviter toute mauvaise surprise, pour la droite, au moment des votes.
  
"La gauche a choisi de faire de la politique et de la polémique à la veille du 1er mai (...) Nous serons donc extrêmement présents mardi, mercredi et jeudi. La gauche veut faire un combat politique, elle aura un combat politique. Nous avons maintenant repris la main et nous allons le montrer", a renchéri le patron des députés UMP devant la presse.
  
"On a une opposition plus frontale, plus caricaturale. Nous allons rendre cette semaine coup pour coup. Les textes PS seront renvoyés avec la même fermeté. (Sur le texte internet) ils n'ont pas fait un coup contre l'UMP, ils ont fait un coup contre le Parlement et ils ont montré de manière éclatante que ce Parlement-là est mort", a ajouté Jean Leonetti, vice-président du groupe.
  
Selon des participants, M. Copé a invité chaque député UMP à être présent, en plus des mardis et mercredis, "cinq jeudis par semestre", ce qui assurerait la présence d'au moins 70 députés UMP dans l'hémicycle chaque jeudi.
  
La question qui fâche -les sanctions financières en cas d'absentéisme- n'a en revanche pas été abordée.
  
"Ce n'est pas la bonne formule, c'est la dernière extrémité. Il faut sortir de ce procès en anti-parlementarisme qui, quelque part, a été initié par le comportement des socialistes", a argué M. Copé.
  
Louis Giscard d'Estaing a lui plaidé pour la mise en place d'un système "récompensant" (nombre de questions au gouvernement, missions...) les députés "présents dans l'hémicycle en dehors de leur tour de permanence".
  
Yannick Favennec, qui avait annoncé son intention de proposer mardi à ses collègues UMP la réduction, le temps de la crise, des indemnités des ministres et des parlementaires, n'était pas présent.

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)