Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

Moyen-Orient

Les quatre généraux libanais remis en liberté

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2009

Conformément à l'ordre donné par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), Beyrouth a libéré les quatre généraux emprisonnés depuis août 2005 pour leur implication présumée dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Le Liban a libéré, mercredi, quatre généraux, emprisonnés depuis le 30 août 2005 pour leur implication présumée dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, le 14 février 2005.

Un peu plus tôt, le ministre de la Justice libanais, Ibrahim Najjar, joint au téléphone par FRANCE 24, avait affirmé que le pays allait "exécuter immédiatement la sentence" ordonnée par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL).

Mercredi matin, le TSL, basé à La Haye, avait ordonné leur "mise en liberté avec effet immédiat", leur culpabilité n’ayant, selon le juge de la mise en état, pas été établie.

"L’enquête se poursuit. Cela ne veut pas dire que les assassins de Rafic Hariri et des autres martyrs libanais ne vont pas être poursuivis, bien au contraire. Nous faisons pleine confiance au Tribunal spécial pour le Liban", a ajouté Ibrahim Najjar.

La décision du Tribunal, retransmise en direct par la télévision libanaise, a été accueillie par des manifestations de joie. "On entend des klaxons, des youyous et des tirs de joie près des domiciles des généraux", témoigne Isabelle Dellerba, correspondante de FRANCE 24 au Liban.

Un premier rapport de la commission d’enquête de l’ONU avait conclu à des "preuves convergentes" établissant la mise en cause des services secrets syriens et libanais dans l’attentat.

Les quatre généraux remplissaient, au moment de l’assassinat de Rafic Hariri, les fonctions de chef de la garde présidentielle, de directeur de la sûreté générale, de chef des forces de sécurité intérieure et de chef des renseignements de l’armée.

Le 14 août 2005, le Premier ministre libanais Rafic Hariri et 22 autres personnes avaient été tués par l’explosion d’une camionnette piégée à Beyrouth.

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)