Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les quatre généraux libanais remis en liberté

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2009

Conformément à l'ordre donné par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), Beyrouth a libéré les quatre généraux emprisonnés depuis août 2005 pour leur implication présumée dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Le Liban a libéré, mercredi, quatre généraux, emprisonnés depuis le 30 août 2005 pour leur implication présumée dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, le 14 février 2005.

Un peu plus tôt, le ministre de la Justice libanais, Ibrahim Najjar, joint au téléphone par FRANCE 24, avait affirmé que le pays allait "exécuter immédiatement la sentence" ordonnée par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL).

Mercredi matin, le TSL, basé à La Haye, avait ordonné leur "mise en liberté avec effet immédiat", leur culpabilité n’ayant, selon le juge de la mise en état, pas été établie.

"L’enquête se poursuit. Cela ne veut pas dire que les assassins de Rafic Hariri et des autres martyrs libanais ne vont pas être poursuivis, bien au contraire. Nous faisons pleine confiance au Tribunal spécial pour le Liban", a ajouté Ibrahim Najjar.

La décision du Tribunal, retransmise en direct par la télévision libanaise, a été accueillie par des manifestations de joie. "On entend des klaxons, des youyous et des tirs de joie près des domiciles des généraux", témoigne Isabelle Dellerba, correspondante de FRANCE 24 au Liban.

Un premier rapport de la commission d’enquête de l’ONU avait conclu à des "preuves convergentes" établissant la mise en cause des services secrets syriens et libanais dans l’attentat.

Les quatre généraux remplissaient, au moment de l’assassinat de Rafic Hariri, les fonctions de chef de la garde présidentielle, de directeur de la sûreté générale, de chef des forces de sécurité intérieure et de chef des renseignements de l’armée.

Le 14 août 2005, le Premier ministre libanais Rafic Hariri et 22 autres personnes avaient été tués par l’explosion d’une camionnette piégée à Beyrouth.

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)