Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

Economie

La récession allemande plus grave que prévu

Dernière modification : 30/04/2009

En 2009, le PIB allemand devrait chuter de 6 % - au lieu de 2,25 %, comme annoncé précédemment -, selon les autorités. La première économie européenne est fortement affectée par la chute de la demande mondiale.

AFP - Le gouvernement allemand table désormais sur une récession de 6% cette année au lieu de -2,25% attendus jusqu'ici, mais estime que le Produit intérieur brut (PIB) devrait progresser légèrement l'an prochain, a annoncé mercredi le ministère de l'Economie dans un communiqué.
  
Le PIB devrait ainsi augmenter de 0,5% en 2010, selon les projections de printemps de Berlin.
  
Ces prévisions font preuve "de réalisme, de pragmatisme mais aussi d'optimisme", a commenté le ministre de l'Economie Klaus-Theodor zu Guttenberg lors d'une conférence de presse à Berlin. Nous tenons "une légère amélioration pour possible et réalisable" en 2010, a-t-il ajouté.
  
Berlin se montre ainsi plus optimiste que le Fonds monétaire international (FMI) et les principaux instituts de croissance du pays, qui pensent que le PIB de la première économie européenne va continuer à reculer l'an prochain.
  
Après un début d'année 2009 catastrophique, l'activité économique devrait se stabiliser "à un niveau faible" par la suite, estime le ministère de l'Economie dans un communiqué.
  
Le PIB devrait par la suite progresser de 0,1% au premier trimestre 2010 (comparé au 4e trimestre 2009), puis de 0,2% au deuxième, de 0,3% au troisième et de 0,4% au quatrième, a énuméré M. zu Guttenberg.
  
Si le gouvernement a revu en revanche sa copie pour 2009, c'est que le PIB a fortement reculé au premier trimestre et qu'il sera "presque impossible de rattraper cela sur le reste de l'année", a fait valoir le ministre.
  
Le ministre des Finances Peer Steinbrück avait estimé récemment le recul du PIB au premier trimestre à 3,3% comparé au trimestre précédent.
  
L'Allemagne, premier exportateur mondial, a continué à souffrir de la crise économique, qui entraîne une baisse de la demande internationale pour ses produits et donc un recul des exportations.
  
Pour autant, il n'est selon le ministre de l'Economie pas nécessaire de lancer un troisième plan de soutien à l'économie, après les deux paquets de mesures d'un total d'environ 81 milliards déjà lancés.
  
La récession va se faire sentir fortement sur le marché du travail. Le chômage devrait progresser cette année à un niveau moyen d'environ 3,7 millions de sans-emploi puis grimper à 4,6 millions en 2010, selon le ministère. En 2008, il avait atteint en moyenne 2,27 millions.
  
M. zu Guttenberg espère que le chiffre de l'an prochain représentera "un sommet" pour le chômage. Il a aussi exprimé sa "sympathie" à un projet du ministère du Travail de rallonger la durée du chômage partiel de 18 à 24 mois.

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)