Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Economie

Obama annonce le dépôt de bilan de Chrysler et un accord avec Fiat

Vidéo par Audrey RACINE

Dernière modification : 01/05/2009

Le président américain Barack Obama a confirmé le dépôt de bilan de Chrysler, en précisant qu'il ne "s'agissait pas d'un signe de faiblesse". Par ailleurs, l'italien Fiat participera au capital du constructeur automobile à hauteur de 20 %.

AFP - Le président américain Barack Obama a annoncé jeudi la conclusion entre Chrysler et son concurrent italien Fiat d'un partenariat qui a "de grandes chances de réussite", le jour où était officialisé le dépôt de bilan du constructeur américain.

"Je suis heureux d'annoncer aujourd'hui que Chrysler et Fiat ont formé un partenariat qui a de grandes chances de réussite", a dit M. Obama dans une déclaration devant la presse.

Selon de hauts responsables de l'administration, ce partenariat consiste en une prise de participation initiale de 20% de Fiat dans Chrysler.

M. Obama a assuré que le dépôt de bilan de Chrysler serait rapide et "contrôlé" et que cette procédure n'était pas un "signe de faiblesse" mais un pas supplémentaire vers la viabilité pour le constructeur automobile.

"Il ne s'agit pas d'un signe de faiblesse, mais bien plus d'un pas supplémentaire sur la voie clairement tracée menant à la survie de Chrysler", a dit M. Obama dans une déclaration à la Maison Blanche.

Comme l'administration a les syndicats et les principaux créanciers de son côté, "cette procédure sera rapide, elle sera efficace, elle est destinée à traiter avec les quelques derniers réfractaires (aux termes actuels d'une restructuration) et elle sera contrôlée", a-t-il dit.
 

Première publication : 30/04/2009

COMMENTAIRE(S)