Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Economie

Obama annonce le dépôt de bilan de Chrysler et un accord avec Fiat

Vidéo par Audrey RACINE

Dernière modification : 01/05/2009

Le président américain Barack Obama a confirmé le dépôt de bilan de Chrysler, en précisant qu'il ne "s'agissait pas d'un signe de faiblesse". Par ailleurs, l'italien Fiat participera au capital du constructeur automobile à hauteur de 20 %.

AFP - Le président américain Barack Obama a annoncé jeudi la conclusion entre Chrysler et son concurrent italien Fiat d'un partenariat qui a "de grandes chances de réussite", le jour où était officialisé le dépôt de bilan du constructeur américain.

"Je suis heureux d'annoncer aujourd'hui que Chrysler et Fiat ont formé un partenariat qui a de grandes chances de réussite", a dit M. Obama dans une déclaration devant la presse.

Selon de hauts responsables de l'administration, ce partenariat consiste en une prise de participation initiale de 20% de Fiat dans Chrysler.

M. Obama a assuré que le dépôt de bilan de Chrysler serait rapide et "contrôlé" et que cette procédure n'était pas un "signe de faiblesse" mais un pas supplémentaire vers la viabilité pour le constructeur automobile.

"Il ne s'agit pas d'un signe de faiblesse, mais bien plus d'un pas supplémentaire sur la voie clairement tracée menant à la survie de Chrysler", a dit M. Obama dans une déclaration à la Maison Blanche.

Comme l'administration a les syndicats et les principaux créanciers de son côté, "cette procédure sera rapide, elle sera efficace, elle est destinée à traiter avec les quelques derniers réfractaires (aux termes actuels d'une restructuration) et elle sera contrôlée", a-t-il dit.
 

Première publication : 30/04/2009

COMMENTAIRE(S)