Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Une cour d'appel juge que l'ex-nazi Demjanjuk est expulsable

Dernière modification : 01/05/2009

La justice américaine a finalement déclaré l'ancien garde de camp nazi John Demjanjuk expulsable des États-Unis. Ce dernier avait demandé la suspension de son extradition vers l'Allemagne pour motifs de santé.

AFP - L'ancien garde de camp nazi John Demjanjuk a été déclaré expulsable vendredi par une cour d'appel américaine qui a rejeté sa demande de suspension d'expulsion vers l'Allemagne, au motif que son état de santé n'aurait pas permis le voyage, a indiqué le département de la Justice.
  
"Sur la base des informations médicales données à la cour et sachant les conditions dans lesquelles il sera transporté --un appareil équipé d'un service d'ambulance aérien avec personnel médical à bord-- le tribunal ne peut pas conclure qu'un départ vers l'Allemagne risque de causer des dommages irréparables (sur sa santé) au point de justifier une suspension de la procédure", écrit la cour d'appel fédérale basée à Cincinnati (Ohio, nord).
  
Depuis bientôt deux mois de feuilleton judiciaire, l'ancien auxiliaire de Sobibor pendant la Deuxième guerre mondiale s'est battu pour échapper à son expulsion des Etats-Unis vers l'Allemagne.
  
Berlin a délivré le 11 mars un mandat d'arrêt à l'encontre de John Demjanjuk accusé d'avoir aider à l'extermination de 29.000 juifs dans les camps de la mort.
  
Sa famille et son avocat ont affirmé qu'une expulsion de "ce vieil homme malade" de 89 ans serait "inhumaine" et assimilable à de la torture. Il est installé aux Etats-Unis avec sa famille depuis 1952.
  
Le ministère de la Justice américain a indiqué vendredi qu'il continuerait donc à oeuvrer pour procéder au transport de M. Demjanjuk vers l'Allemagne sans pouvoir donner de date précise.
  
Interrogé par l'AFP, son fils, John Demjanjuk Junior, a indiqué que la famille "étudiait actuellement toutes les possibilités juridiques, dont un appel devant la Cour suprême".
  
Le dossier ne comporte aucune preuve de l'implication de John Demjanjuk dans le moindre meurtre, assure son fils, qui présente son père comme "un prisonnier de guerre ukrainien qui a failli être tué au combat par les nazis qui considéraient les Ukrainiens comme des sous-hommes, de même que tout ce qui n'était pas allemand".
  
"Ils l'ont presque tué et ils tentent à présent d'achever leur forfait", a lancé John Demjanjuk Junior.
  
Mi-avril, les autorités avaient emmené John Demjanjuk de son domicile de la banlieue de Cleveland (Ohio) pour procéder à son expulsion qui a été suspendue in extremis par un référé de la cour d'appel de Cincinnati.
  
Le ministère a ensuite demandé à la justice de poursuivre la procédure d'expulsion, affirmant que l'octogénaire était en mesure de voyager.
  
Le ministère de la Justice américain s'est appuyé sur un rapport confidentiel d'un médecin militaire spécialiste du transport aérien, le capitaine Carlos Quinoes, certifiant que M. Demjanjuk avait été autorisé à prendre l'avion après un examen médical.
  
Le médecin a aussi fourni à la cour quatre vidéos le montrant sortir de sa voiture et entrer dans les bureaux des services médicaux.
  
Né en Ukraine en 1920, John (Yvan) Demjanjuk, soldat dans l'Armée rouge, avait été capturé par les nazis au printemps 1942.
  
Il a ensuite été formé au camp de Treblinka, en Pologne, et a servi deux ans dans les camps de Sobibor et Majdanek, en Pologne, et Flossenburg, en Bavière.
  
M. Demjanjuk a toujours affirmé avoir été forcé à travailler pour les nazis et avoir été confondu par des survivants avec d'autres gardes cruels, notamment "Ivan le Terrible". Il s'est installé aux Etats-Unis en 1952 avec sa famille.
  
Condamné à mort en Israël en 1988, il a toutefois été acquitté par la Cour suprême israélienne en raison de doutes sur son identité.
  

Première publication : 01/05/2009

COMMENTAIRE(S)