Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Quand la récession frappe la campagne

Vidéo par Virginie HERZ

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/05/2009

La Clayette, au cœur de la Bourgogne, est une petite commune paisible. Mais alors que ses habitants se croyaient à l’abri de la crise économique internationale, elle est frappée de plein fouet par le chômage...

La Clayette est une petite commune de 2 000 habitants, située entre Mâcon et Roanne, en Bourgogne. Malgré son charme discret, elle est frappée par la récession et le chômage.

À l’heure où l'État et les grands argentiers du monde injectent des milliards pour soutenir l'économie, il est difficile de rester optimiste dans une petite ville, si loin des grands centres de décision.

Beaucoup, ici, se croyaient à l’abri des soubresauts de la crise mondiale. Surtout en travaillant chez Potain-Manitowoc, leader mondial des fabricants de grues, une valeur sûre dans la région depuis 80 ans. L’entreprise et ses sous-traitants sont les principaux employeurs de la commune depuis des décennies. Mais, faute de commandes depuis l’hiver, leur activité a pratiquement cessé. La direction a annoncé qu’elle allait licencier 86 personnes en juin.

L’inquiétude se ressent dans l’ensemble de la commune, frappée depuis longtemps par l’exode rural. Au fil des ans, le nombre de commerces a diminué et la vie semble tourner au ralenti.

Convaincus que le pire reste à venir, les 328 salariés de "Potain La Clayette", au chômage partiel, ont bloqué leur entreprise pour forcer la direction à négocier. Au bout d’une semaine, ils ont obtenu de meilleures primes de départ - de 16 000 à 55 000 euros. Mais les 86 licenciements sont maintenus...

Première publication : 01/05/2009

COMMENTAIRE(S)