Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

WHO'S NEXT le salon international du prêt-à-porter et des accessoires de mode présente les collections de l'été 2015.

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

SUR LE NET

Crash du vol MH17 : attention aux arnaques en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Compatriotes"

En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les séparatistes ukrainiens ont remis les boîtes noires à la Malaisie

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leurs voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cette presse égyptienne qui soutient Israël contre le Hamas

    En savoir plus

Moyen-Orient

Nasrallah émet des réserves sur "l'intégrité" du TSL

Dernière modification : 06/05/2009

Au lendemain de la libération de quatre généraux détenus dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri, le chef du Hezbollah libanais a affirmé que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) n'était "pas forcément intègre".

AFP - Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a estimé vendredi que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) n'était "pas forcément intègre", après sa décision de libérer quatre généraux libanais détenus dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri.

"Leur libération ne signifie pas forcément que le tribunal est intègre", a déclaré cheikh Nasrallah dans une déclaration télévisée.

Les quatre généraux, considérés comme les piliers de l'ancien système sécuritaire libanais à l'époque de la tutelle syrienne au Liban, ont été libérés mercredi après 44 mois de détention à Beyrouth, le procureur du TSL ayant cité l'absence d'"éléments de preuve suffisants".

Rafic Hariri, Premier ministre sous la tutelle syrienne devenu opposant à l'hégémonie de Damas au Liban, a été tué avec 22 autres personnes dans un attentat à la camionnette piégée à Beyrouth le 14 février 2005.

Sa mort avait provoqué une grave crise au Liban qui avait fini par conduire au retrait des troupes syriennes après 29 ans de présence.

Cheikh Nasrallah, qui mène la minorité parlementaire appuyée par Damas et Téhéran, a jugé que la détention des généraux était motivée par des "considérations politiques. C'était un scandale politique, c'était une erreur".

"Avec leur libération, une nouvelle étape s'ouvre et nous ne pouvons la juger d'avance. Le procureur général du TSL et les enquêteurs doivent désormais démontrer qu'ils sont des professionnels et agissent à l'abri des considérations politiques", a-t-il encore dit.

"Quatre ans d'enquête ont ciblé la Syrie et ses alliés. Examinons toutes les autres options: pourquoi exclure la piste israélienne", a-t-il demandé. "L'Etat hébreu peut commettre cet assassinat. A-t-il intérêt à le faire? a-t-il intérêt à provoquer un conflit régional? a-t-il les moyens? je dis oui".

Les deux premiers rapports de la commission d'enquête de l'ONU, créée après l'assassinat de Rafic Hariri, avaient conclu à des "preuves convergentes" mettant en cause les renseignements syriens et libanais. La Syrie nie toute implication.

Première publication : 02/05/2009

COMMENTAIRE(S)