Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

Amériques

La police disperse par la force une manifestation du 1er Mai

Dernière modification : 02/05/2009

La police vénézuélienne a usé de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation organisée, ce vendredi, à l'occasion de la fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Chavez.

Reuters - La police vénézuélienne a tiré vendredi des balles en caoutchouc et utilisé des gaz lacrymogènes ainsi que des canons à eau pour disperser une manifestation organisée à l'occasion de la Fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Hugo Chavez.

Chavez a accentué ces derniers mois la pression sur ses adversaires après leur victoire électorale, l'an dernier, dans plusieurs Etats et villes, notamment à Caracas.

La police est intervenue contre les manifestants lorsqu'un petit groupe a tenté de franchir une barrière de police.
 
"Nous bloquons l'accès parce que, conformément au permis, la marche n'est autorisée que jusqu'ici", a expliqué Alirio Ramirez, commandant de la garde nationale.

Des milliers de fonctionnaires et de membres d'un syndicat pro-Chavez ont participé à quelques pâtés de maisons de là à un cortège du 1er mai organisé par le gouvernement.

De nombreux manifestants anti-gouvernementaux brandissaient des pancartes à l'effigie de Manuel Rosales, dirigeant de l'opposition qui a obtenu cette semaine l'asile au Pérou après avoir quitté le Venezuela pour échapper à des accusations de corruption qu'il dit montées de toutes pièces.

Le gouvernement a pris cette année des mesures visant à limiter les pouvoirs des gouverneurs et des maires appartenant à l'opposition, leur retirant le contrôle des aéroports, de certains hôpitaux et de la police de Caracas.

Première publication : 02/05/2009

COMMENTAIRE(S)