Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

En savoir plus

L’invité du jour

"L’Europe a un rôle à jouer dans la défense des éléphants"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

"Fair play financier" : le PSG passe son grand oral

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : l'opposition manifeste contre le projet de réforme électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations en France : la guerre des chiffres

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite de Macron à Washington : que peut-il espérer de sa rencontre avec Trump ?

En savoir plus

Amériques

La police disperse par la force une manifestation du 1er Mai

Dernière modification : 02/05/2009

La police vénézuélienne a usé de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation organisée, ce vendredi, à l'occasion de la fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Chavez.

Reuters - La police vénézuélienne a tiré vendredi des balles en caoutchouc et utilisé des gaz lacrymogènes ainsi que des canons à eau pour disperser une manifestation organisée à l'occasion de la Fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Hugo Chavez.

Chavez a accentué ces derniers mois la pression sur ses adversaires après leur victoire électorale, l'an dernier, dans plusieurs Etats et villes, notamment à Caracas.

La police est intervenue contre les manifestants lorsqu'un petit groupe a tenté de franchir une barrière de police.
 
"Nous bloquons l'accès parce que, conformément au permis, la marche n'est autorisée que jusqu'ici", a expliqué Alirio Ramirez, commandant de la garde nationale.

Des milliers de fonctionnaires et de membres d'un syndicat pro-Chavez ont participé à quelques pâtés de maisons de là à un cortège du 1er mai organisé par le gouvernement.

De nombreux manifestants anti-gouvernementaux brandissaient des pancartes à l'effigie de Manuel Rosales, dirigeant de l'opposition qui a obtenu cette semaine l'asile au Pérou après avoir quitté le Venezuela pour échapper à des accusations de corruption qu'il dit montées de toutes pièces.

Le gouvernement a pris cette année des mesures visant à limiter les pouvoirs des gouverneurs et des maires appartenant à l'opposition, leur retirant le contrôle des aéroports, de certains hôpitaux et de la police de Caracas.

Première publication : 02/05/2009

COMMENTAIRE(S)