Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

La police disperse par la force une manifestation du 1er Mai

Dernière modification : 02/05/2009

La police vénézuélienne a usé de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation organisée, ce vendredi, à l'occasion de la fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Chavez.

Reuters - La police vénézuélienne a tiré vendredi des balles en caoutchouc et utilisé des gaz lacrymogènes ainsi que des canons à eau pour disperser une manifestation organisée à l'occasion de la Fête du Travail par des syndicats et des partis politiques opposés au président Hugo Chavez.

Chavez a accentué ces derniers mois la pression sur ses adversaires après leur victoire électorale, l'an dernier, dans plusieurs Etats et villes, notamment à Caracas.

La police est intervenue contre les manifestants lorsqu'un petit groupe a tenté de franchir une barrière de police.
 
"Nous bloquons l'accès parce que, conformément au permis, la marche n'est autorisée que jusqu'ici", a expliqué Alirio Ramirez, commandant de la garde nationale.

Des milliers de fonctionnaires et de membres d'un syndicat pro-Chavez ont participé à quelques pâtés de maisons de là à un cortège du 1er mai organisé par le gouvernement.

De nombreux manifestants anti-gouvernementaux brandissaient des pancartes à l'effigie de Manuel Rosales, dirigeant de l'opposition qui a obtenu cette semaine l'asile au Pérou après avoir quitté le Venezuela pour échapper à des accusations de corruption qu'il dit montées de toutes pièces.

Le gouvernement a pris cette année des mesures visant à limiter les pouvoirs des gouverneurs et des maires appartenant à l'opposition, leur retirant le contrôle des aéroports, de certains hôpitaux et de la police de Caracas.

Première publication : 02/05/2009

COMMENTAIRE(S)