Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Moyen-Orient

Assad presse Washington au dialogue avec le Hamas et le Hezbollah

Dernière modification : 03/05/2009

Dans un entretien à la chaîne France 3, le président syrien a invité Washington au dialogue avec le Hamas et le Hezbollah soutenus par Damas, et se dit prêt à faciliter d'éventuelles discussions.

AFP - Le président syrien Bashar al-Assad a pressé les Etats-Unis d'établir un dialogue "direct ou indirect" avec le Hamas et le Hezbollah, soutenus par la Syrie et l'Iran, pour parvenir à la paix au Proche-Orient, dans un entretien diffusé dimanche par la chaîne France 3.
  
M. al-Assad a salué la volonté de dialogue avec la Syrie affichée par Washington depuis l'arrivée au pouvoir du président Barack Obama.
  
Il a appelé à des discussions "directes ou indirectes" de Washington avec le parti libanais chiite Hezbollah et le mouvement palestinien du Hamas, ajoutant que Damas était prêt à faciliter des discussions. "Si les Etats-Unis "ont besoin d'aide, nous sommes prêts à aider", a-t-il dit.
  
Le Hezbollah, qui pourrait remporter les législatives du 7 juin, et le mouvement islamiste du Hamas sont classés terroristes par les Etats-Unis qui ont réaffirmé qu'ils cesseraient de les boycotter lorsqu'ils auraient reconnu Israël.
  
"Je pense que le problème était avec la précédente administration" américaine, a affirmé Bachar al-assad, critiquant l'ancien président George W. Bush et saluant la décision de l'administration Obama d'envoyer des émissaires début mars en Syrie pour tenter d'établir un dialogue.
  
"Je pense que quand vous voulez trouver une solution au problème, vous ne pouvez pas dire: +ça c'est bien, ça c'est mal, ça c'est démocratique, ceci relève des droits de l'homme+. Ce n'est pas de la politique", a-t-il affirmé.
  
"La politique c'est quand vous agissez en fonction de la réalité, quand vous vous adressez à des parties influentes afin d'agir dans un sens positif ou négatif", a-t-il ajouté, appelant Washington à parler avec l'Iran et les groupes islamistes.
  
"Le Hamas a de l'influence et vous ne pouvez pas les ignorer. Vous ne pouvez pas parvenir à la paix tant que le Hamas est en dehors de ce processus de paix ou contre", a estimé le président syrien, ajoutant qu'il en était de même pour le Hezbollah.

Première publication : 03/05/2009

COMMENTAIRE(S)