Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Moyen-Orient

Assad presse Washington au dialogue avec le Hamas et le Hezbollah

Dernière modification : 03/05/2009

Dans un entretien à la chaîne France 3, le président syrien a invité Washington au dialogue avec le Hamas et le Hezbollah soutenus par Damas, et se dit prêt à faciliter d'éventuelles discussions.

AFP - Le président syrien Bashar al-Assad a pressé les Etats-Unis d'établir un dialogue "direct ou indirect" avec le Hamas et le Hezbollah, soutenus par la Syrie et l'Iran, pour parvenir à la paix au Proche-Orient, dans un entretien diffusé dimanche par la chaîne France 3.
  
M. al-Assad a salué la volonté de dialogue avec la Syrie affichée par Washington depuis l'arrivée au pouvoir du président Barack Obama.
  
Il a appelé à des discussions "directes ou indirectes" de Washington avec le parti libanais chiite Hezbollah et le mouvement palestinien du Hamas, ajoutant que Damas était prêt à faciliter des discussions. "Si les Etats-Unis "ont besoin d'aide, nous sommes prêts à aider", a-t-il dit.
  
Le Hezbollah, qui pourrait remporter les législatives du 7 juin, et le mouvement islamiste du Hamas sont classés terroristes par les Etats-Unis qui ont réaffirmé qu'ils cesseraient de les boycotter lorsqu'ils auraient reconnu Israël.
  
"Je pense que le problème était avec la précédente administration" américaine, a affirmé Bachar al-assad, critiquant l'ancien président George W. Bush et saluant la décision de l'administration Obama d'envoyer des émissaires début mars en Syrie pour tenter d'établir un dialogue.
  
"Je pense que quand vous voulez trouver une solution au problème, vous ne pouvez pas dire: +ça c'est bien, ça c'est mal, ça c'est démocratique, ceci relève des droits de l'homme+. Ce n'est pas de la politique", a-t-il affirmé.
  
"La politique c'est quand vous agissez en fonction de la réalité, quand vous vous adressez à des parties influentes afin d'agir dans un sens positif ou négatif", a-t-il ajouté, appelant Washington à parler avec l'Iran et les groupes islamistes.
  
"Le Hamas a de l'influence et vous ne pouvez pas les ignorer. Vous ne pouvez pas parvenir à la paix tant que le Hamas est en dehors de ce processus de paix ou contre", a estimé le président syrien, ajoutant qu'il en était de même pour le Hezbollah.

Première publication : 03/05/2009

COMMENTAIRE(S)