Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-Orient

L'armée bombarde des villages kurdes du nord de l'Irak

Dernière modification : 03/05/2009

L'aviation iranienne a mené, samedi, des raids contre des positions de rebelles kurdes dans une région montagneuse du nord de l'Irak. Ces bombardements sont les premiers du genre dans le Kurdistan irakien.

AFP - Des hélicoptères iraniens ont bombardé samedi pour la première fois trois villages kurdes du nord de l'Irak, visant des indépendantistes kurdes iraniens, a déclaré un responsable des gardes-frontières irakiens.

On ignore dans l'immédiat si ces bombardements ont fait des victimes.

"A 04H00 (01H00 GMT), les villages de Kani Saif, Jomarasi et Kara Sozi, dans le district de Penjwin, ont été la cible de tirs d'artillerie iraniens. Trois hélicoptères iraniens ont ensuite bombardé ces villages à 09H00 (06H00 GMT)", a-t-il dit à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Ces raids visaient des combattants du Pejak, un mouvement séparatiste kurde iranien qui opère depuis des bases dans les montagnes du Kurdistan irakien, selon la même source.

"C'est la première fois que les hélicoptères iraniens bombardent le Kurdistan irakien", a ajouté ce responsable.

Il a affirmé que le district de Penjwin n'était pas considéré comme un bastion du Pejak, acronyme du Parti pour une vie libre au Kurdistan, et que les rebelles se concentrent plus au nord, dans le secteur de Qala Dizah.

Avant les bombardements de samedi, le district de Penjwin avait été deux fois la cible de tirs d'artillerie iraniens en un an, a-t-il ajouté.

Le Pejak est lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte depuis 1984 contre le gouvernement turc dans le sud-est anatolien.

Ces raids interviennent une semaine après la mort de 26 personnes dans de violents combats entre policiers iraniens et rebelles kurdes près de la frontière irakienne, selon un nouveau bilan donné samedi par l'agence iranienne Isna.

Mais on ignore dans l'immédiat s'il y a un lien entre ces affrontements et les bombardements de samedi.

Dix-huit des pesonnes tuées le 24 avril étaient des policiers, a déclaré samedi Allahyar Malekshahi, chef de la justice de la province iranienne de Kermanshah, frontalière de l'Irak, cité par Isna. Il a ajouté que les corps de huit membres du Pejak ont été trouvés sur les lieux des affrontements alors que cinq suspects ont été arrêtés.

L'Iran accuse les Etats-Unis de soutenir le Pejak, ainsi que d'autres organisations ethniques aux frontières de l'Iran, ce que Washington a toujours démenti.

L'Irak, l'Iran, la Syrie et la Turquie ont tous d'importantes minorités kurdes.

L'armée turque a mené de nombreux raids aérien les bastions du PKK dans les montagnes du Kurdistan.

Les relations entre Bagdad et Téhéran se sont nettement améliorées depuis la chute de Saddam Hussein, en 2003. Sous son règne, l'Irak et l'Iran se sont livrés une guerre qui a fait environ un million de morts dans les années 1980.

Première publication : 03/05/2009

COMMENTAIRE(S)