Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

SCIENCES

Le Net invente le virus... à but lucratif

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/05/2009

La médiatisation de l'épidémie de grippe A (H1N1) ne laisse pas de susciter des vocations sur le Web. Des jeux à la vente en ligne de t-shirts en passant par les fils Twitter, les initiatives sont légion. Et plus ou moins honnêtes.

Ce sont des petites têtes de cochon qui apparaissent aléatoirement sur une carte du monde et sur lesquelles il faut cliquer pour lutter contre l’épidémie de grippe A (H1N1). "Swinefighter", un jeu gratuit en ligne, est la dernière trouvaille du Web pour profiter de la médiatisation du virus. Le site annonce fièrement qu’à ce jour "8 793 854 virus ont été détruits". Un fil spécifique sur Twitter a même été créé : sur des pages et des pages, il répète le même message : "OMG, they created a game about it" (Oh, mon Dieu, ils en ont fait un jeu). Une manière de créer artificiellement du buzz ? Et de se faire un peu de pub ?

 

Le sujet semble en effet porteur sur la Toile. Et n’attire pas que des âmes soucieuses d’informer le public. MacAfee, spécialiste de la sécurité informatique, affirme que depuis le début de l’épidémie les noms de domaine (adresses Internet) qui se réfèrent à la maladie ont été multipliés par 30. "Et il est fort à parier que la plupart de ces sites n’ont pas un but informatif", précise leur site. Selon le géant du logiciel Cisco, le H1N1 a gagné ses galons dans le monde du spam avec 4% du total de ces mails publicitaires. Pas mal pour une maladie dont on ne parle que depuis une semaine.

 

D'un virus à l'autre

 

Le but ? Attirer l’internaute peu méfiant vers des sites où il pourra dépenser son argent. De gré ou de force. Car, comme le note ComputerWorld, certains de ces mails renvoient vers des pharmacies en ligne proposant de prétendus remèdes-miracles qui sont, en réalité, des virus… informatiques.

 

Mais toutes les initiatives en ligne ne sont pas forcément des arnaques. Certaines, comme "Swinefighter", sont plutôt opportunistes. Ainsi fluShirts vend des t-shirts (16 dollars l’unité) à thématique grippale. Plus utile, le site ZocDoc, qui propose de trouver un médecin disponible dans l’heure à New York, a mis en place un service spécifique pour la grippe H1N1.

 

Pour le site de sécurité Sophos, toute cette agitation virtuelle n’a rien de neuf. Mais, rappelle le site, les crises de cette ampleur (sur les dix recherches les plus fréquentes sur Google, neuf sont relatives à la maladie) attirent sur la Toile des personnes peu versées dans l’art du "hoax" (fausse information sur Internet). De parfaits pigeons en somme.
 

 

Première publication : 03/05/2009

COMMENTAIRE(S)