Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie EUROPE

Jean-Claude Juncker prédit une crise sociale en Europe

Vidéo par Damien COQUET

Dernière modification : 05/05/2009

Le président de l'Eurogroupe estime que la crise de l'emploi va conduire à une "crise sociale" en Europe. Les prévisions de la Commission européenne indiquent que le taux de chômage devrait s'établir à 9,9 % dans la zone euro en 2009.

AFP - Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a pronostiqué lundi soir "une crise sociale" en Europe, potentiellement "explosive", du fait de la forte hausse attendue du chômage, en exhortant les entreprises à éviter les licenciements massifs.

"Nous allons vers une crise sociale puisque crise de l'emploi il y aura" cette année et l'an prochain en Europe, a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une réunion à Bruxelles du forum des ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, qu'il préside.

Dans ses dernières prévisions publiées plus tôt dans la journée, la Commission a indiqué s'attendre à une perte de 8,5 millions d'emplois en 2009 et en 2010 dans l'UE.

Elle table sur une envolée du taux de chômage à 9,9% en zone euro cette année, puis à 11,5% en 2010, avec des pointes à 20,5% en Espagne l'an prochain, et 16% en Irlande (BIEN 16%), qui rappellent le chômage de masse auquel l'Europe a été confrontée dans les années 70 après les chocs pétroliers, puis dans les années 80. Un phénomène avec lequel elle pensait en avoir fini.

"La crise jette dans le désespoir des millions d'Européens, il ne faut pas sous-estimer le caractère explosif de cette recrudescence du chômage", a souligné le ministre des Finances et Premier ministre luxembourgeois.

"Je suis très inquiet du phénomène de la montée du chômage (...) Il frappe d'abord les plus faibles, les plus fragiles, ceux qui n'ont pas d'autre moyen (de subsistance) que le recours à leur propre force de travail", a ajouté M. Juncker.

"J'ai l'impression que beaucoup d'hommes politiques sous-estiment ce phénomène" en Europe, a-t-il ajouté, à trois jours de la tenue d'un sommet européen sur l'emploi prévu à Prague, sous les auspices de la présidence tchèque de l'UE.

Il a indiqué à ce sujet "regretter profondément" le "format réduit" de ce sommet qui donne le sentiment que les dirigeants européens ne se soucient guère du problème.

"Lorsqu'on a pas d'idée ce n'est pas une raison de ne pas s'occuper des problèmes", a protesté M. Juncker, membre du parti chrétien-social luxembourgeois.

A l'origine, la présidence tchèque et la Commission avaient voulu en faire un sommet des chefs d'Etat des 27 pays de l'UE pour discuter des moyens d'agir ensemble face à la montée du chômage.

Mais la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, notamment, ont refusé, arguant qu'un sommet de ce niveau risquait de susciter des attentes dans l'opinion auxquelles les gouvernements seraient bien en peine ensuite de répondre, vu leurs faibles moyens d'action sur le court terme face aux pertes d'emplois.

Du coup, la réunion a été rétrogradée et ne rassemblera que la Commission européenne, la présidence tchèque et des représentants des syndicats et du patronat.

M. Juncker a dans ce contexte appelé les chefs d'entreprise européens à éviter "les licenciements massifs et prématurés", en ayant recours en priorité au chômage partiel, et à faire preuve "de responsabilité sociale".

Il a surtout plaidé en faveur d'efforts de formation des chômeurs pour aider à leur réinsertion, mais adressé une fin de non recevoir aux syndicats européens qui réclament des efforts supplémentaires de relance par la demande face à la pire récession qu'ait connue l'Europe depuis 1945.

"Sincèrement, à l'heure qu'il est, nous ne voyons pas de nécessité de lancer de nouveaux efforts conjoncturels dans le vide", a dit M. Juncker.
 

Première publication : 04/05/2009

COMMENTAIRE(S)