Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Economie

Dans l'espoir d'acquérir Opel, Fiat donne des garanties

Dernière modification : 05/05/2009

Le constructeur automobile italien Fiat, intéressé par le rachat d'Opel, promet de ne pas fermer les quatre sites de la marque en Allemagne en cas de reprise de la société. L'entreprise entend toutefois procéder à des licenciements.

Reuters - Fiat prévoit de conserver toutes les usines Opel en Allemagne en cas de reprise de la filiale européenne de General Motors, mais il supprimerait malgré tout des emplois, déclare le patron du constructeur automobile italien dans une interview à la presse.

"Nous ne voulons fermer aucune des quatre usines Opel en Allemagne. J'aurai besoin de ces usines à l'avenir pour construire suffisamment de voitures", explique Sergio Marchionne au quotidien Bild.

"Mais naturellement, le niveau des effectifs devra baisser. Personne n'y pourra rien. Il faut que les usines deviennent plus efficaces", ajoute l'administrateur délégué de Fiat.

Il précise ne pouvoir estimer à ce stade combien d'emplois devront être supprimés.

Opel emploie 25.000 personnes en Allemagne.

Lundi, le ministre allemand de l'Economie avait indiqué après un entretien avec Sergio Marchionne que l'usine de moteurs d'Opel à Kaiserslautern pourrait ne pas survivre à une reprise par Fiat.

Le projet de Fiat est concurrencé par celui de l'équipementier automobile canadien Magna.

"Magna veut arriver chez Opel avec l'aide des Russes. Cela me surprendrait si le gouvernement allemand considérait cela comme une bonne solution", a déclaré Marchionne.

Première publication : 05/05/2009

COMMENTAIRE(S)