Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Simone Gbagbo rejette toutes les charges au premier jour de son procès à Abidjan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hugo Lloris : "On a envie d'aller le plus loin possible pendant l'Euro"

En savoir plus

FOCUS

Terrorisme au Bangladesh : des activistes visés par Al-Qaïda et l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le mystère Henri Pick", une enquête littéraire signée David Foenkinos

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des pénuries en série au Venezuela et l'industrie du jeu vidéo africain

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare au gorille"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le costard d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

EUROPE

Le Pays basque tourne la page de 30 ans de domination nationaliste

Dernière modification : 05/05/2009

Pour la première fois depuis 30 ans, le parlement régional du Pays basque va investir, ce mardi, un nouveau chef de gouvernement régional non-nationaliste. Il s'agit du socialiste Patxi Lopez (photo), élu grâce à une coalition gauche-droite.

AFP - Le Pays Basque espagnol s'apprête à tourner la page de 30 ans de domination du Parti nationaliste basque (PNV), avec l'investiture mardi au parlement régional de Vitoria (nord) du premier chef de gouvernement régional non-nationaliste, le socialiste Patxi Lopez.

"Cela va être un jour historique avec l'investiture du premier président d'un gouvernement non-nationaliste", résume pour l'AFP, Florencio Dominguez, spécialiste des questions basques.

Avec 25 députés, les socialistes ne sont arrivés qu'en deuxième position aux élections basques du 1er mars, nettement derrière les nationalistes du PNV (30 députés), mais l'apport des voix de la droite leur assure de diriger la région.

Patxi Lopez s'est juré de barrer la route au nationaliste Juan José Ibarretxe qui dirige depuis plus de dix ans le gouvernement de cette région autonome et dont les projets souverainistes ont dû être par deux fois bloqués par les socialistes au pouvoir à Madrid.

Il a scellé une alliance avec le troisième parti en nombre de voix, le Parti Populaire (PP, droite), pourtant principal parti d'opposition au plan national du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero.

Cet accord va permettre à M. Lopez de devenir le premier socialiste à diriger une région meurtrie par plus de 40 ans d'attentats de l'organisation indépendantiste armée ETA.

"Ce qui va changer, en dehors de la politique que va développer le gouvernement de Patxi Lopez, c'est l'idée que le pouvoir était jusqu'alors au Pays Basque le patrimoine exclusif du PNV", explique M. Dominguez, rédacteur en chef de l'agence Vasco Press.

Après avoir gouverné sans discontinuer depuis l'adoption de l'actuel statut d'autonomie du Pays Basque (1979) et beaucoup influé sur la vie économique, sociale et culturelle de la région, le PNV va "devenir un parti comme un autre", selon M. Dominguez.

Le vote d'investiture est prévu mardi en début de soirée, après les discours des deux candidats, MM. Lopez et Ibarretxe, et les interventions des groupes politiques.

Après son investiture, M. Lopez prêtera serment jeudi dans la localité de Guernica (nord) selon une cérémonie traditionnelle et annoncera son équipe composée de socialistes et de personnalités "indépendantes".
 

Première publication : 05/05/2009

COMMENTAIRE(S)