Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Le Pays basque tourne la page de 30 ans de domination nationaliste

Dernière modification : 05/05/2009

Pour la première fois depuis 30 ans, le parlement régional du Pays basque va investir, ce mardi, un nouveau chef de gouvernement régional non-nationaliste. Il s'agit du socialiste Patxi Lopez (photo), élu grâce à une coalition gauche-droite.

AFP - Le Pays Basque espagnol s'apprête à tourner la page de 30 ans de domination du Parti nationaliste basque (PNV), avec l'investiture mardi au parlement régional de Vitoria (nord) du premier chef de gouvernement régional non-nationaliste, le socialiste Patxi Lopez.

"Cela va être un jour historique avec l'investiture du premier président d'un gouvernement non-nationaliste", résume pour l'AFP, Florencio Dominguez, spécialiste des questions basques.

Avec 25 députés, les socialistes ne sont arrivés qu'en deuxième position aux élections basques du 1er mars, nettement derrière les nationalistes du PNV (30 députés), mais l'apport des voix de la droite leur assure de diriger la région.

Patxi Lopez s'est juré de barrer la route au nationaliste Juan José Ibarretxe qui dirige depuis plus de dix ans le gouvernement de cette région autonome et dont les projets souverainistes ont dû être par deux fois bloqués par les socialistes au pouvoir à Madrid.

Il a scellé une alliance avec le troisième parti en nombre de voix, le Parti Populaire (PP, droite), pourtant principal parti d'opposition au plan national du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero.

Cet accord va permettre à M. Lopez de devenir le premier socialiste à diriger une région meurtrie par plus de 40 ans d'attentats de l'organisation indépendantiste armée ETA.

"Ce qui va changer, en dehors de la politique que va développer le gouvernement de Patxi Lopez, c'est l'idée que le pouvoir était jusqu'alors au Pays Basque le patrimoine exclusif du PNV", explique M. Dominguez, rédacteur en chef de l'agence Vasco Press.

Après avoir gouverné sans discontinuer depuis l'adoption de l'actuel statut d'autonomie du Pays Basque (1979) et beaucoup influé sur la vie économique, sociale et culturelle de la région, le PNV va "devenir un parti comme un autre", selon M. Dominguez.

Le vote d'investiture est prévu mardi en début de soirée, après les discours des deux candidats, MM. Lopez et Ibarretxe, et les interventions des groupes politiques.

Après son investiture, M. Lopez prêtera serment jeudi dans la localité de Guernica (nord) selon une cérémonie traditionnelle et annoncera son équipe composée de socialistes et de personnalités "indépendantes".
 

Première publication : 05/05/2009

COMMENTAIRE(S)