Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EUROPE

Le TPIY triple la peine d'un ancien officier serbe

Dernière modification : 05/05/2009

L'ex-officier serbe Sljivancanin a été condamné en 2007 à 5 ans de prison pour le massacre de réfugiés à l'hôpital de Vukokar, en Croatie, en 1991. Jugé en appel par le TPI pour l'ex-Yougoslavie, il vient d'écoper de 17 ans de prison.

AFP - Le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie a alourdi mardi en appel à 17 ans de détention la peine d'un ancien officier serbe condamné en 2007 à cinq ans pour le massacre de réfugiés de l'hôpital de Vukovar en Croatie en 1991.

"Dans la mesure où une peine de prison de cinq ans ne reflète pas comme il convient la gravité des crimes commis par Veselin Sljivancanin (...) la chambre d'appel annule la peine de cinq ans d'emprisonnement prononcée par la chambre de première instance (...) et inflige une peine de 17 ans d'emprisonnement", a déclaré le juge Theodor Meron.

Condamné pour mauvais traitements en première instance, Veselin Sljivancanin a été reconnu coupable en appel "d'avoir aidé ou encouragé à commettre le meurtre de 194 personnes" extraites de l'hôpital de Vukovar (est).

Son supérieur Mile Mrksic, également membre de l'armée fédérale yougoslave (JNA), a vu sa peine de 20 ans de prison confirmée en appel pour complicité de meurtre, et complicité de tortures et de crimes de guerre.

Selon les juges de première instance, il n'était cependant pas impliqué directement dans le massacre des personnes sorties sur ses ordres de l'hôpital, tuées par des paramilitaires et des forces d'autodéfense serbes.

Le procureur, qui avait requis la prison à vie, avait fait appel du jugement, ainsi que les avocats des deux accusés.

Après trois mois de siège ayant causé la mort de plus de 1.100 civils, Vukovar était tombé en novembre 1991. Des centaines de Croates et autres non Serbes s'étaient alors réfugiés dans l'hôpital de la ville, dans l'espoir d'en être évacués en présence d'observateurs de la Croix-Rouge et de l'Union européenne.

L'armée yougoslave avait emmené le 20 novembre au petit matin quelque 200 hommes de l'hôpital pour les échanger contre des prisonniers de guerre serbes. Mais ils avaient été enfermés dans un hangar à Ovcara, puis tués et leurs corps jetés dans des fosses communes.

Le procès s'était déroulé d'octobre 2005 à mars 2007 et l'appel a été examiné les 21 et 23 janvier 2009.
 

Première publication : 05/05/2009

COMMENTAIRE(S)