Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Ouganda porte plainte après la mort de 4 policiers, Kinshasa reconnaît une "erreur déplorable"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France: bras de fer autour des raffineries

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Patricia Essong, la nouvelle sensation soul

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : une ONG chrétienne ramène des réfugiés syriens en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dette grecque : le bras de fer entre le FMI et l'Allemagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Revers pour le "Trump autrichien""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron sans tabou"

En savoir plus

Economie

Chute de 35 % des bénéfices nets de Total au premier trimestre

Dernière modification : 06/05/2009

Le bénéfice net du groupe pétrolier français dégringole de 35 % au premier trimestre de 2009, à 2,1 milliards d'euros. En cause : la chute des cours du baril de brut, passés de 147 dollars à moins de 50 en un semestre.

AFP - Le groupe pétrolier français Total a vu son bénéfice net reculer de 35% au premier trimestre 2009, à 2,1 milliards d'euros, subissant les effets de la chute du cours de baril de pétrole brut, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

 

C'est un peu mieux que les prévisions des analystes financiers, qui s'attendaient à voir le bénéfice du pétrolier dégringoler de 39% à 2 milliards d'euros, selon le consensus réalisé par l'agence Dow Jones Newswires.

 

Le prix du baril de pétrole brut, qui était monté jusqu'à 147 dollars à l'été dernier, a perdu plus de la moitié de sa valeur entre le premier trimestre 2008 et le premier trimestre 2009.

 

Il s'est ainsi établi à 44,5 dollars en moyenne sur les trois premiers mois de cette année, contre 96,7 dollars un an plus tôt.
 

Total a aussi subi le contrecoup des réductions de quota décidées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui ont obligé la compagnie à réduire sa production d'hydrocarbures dans ces pays.

 

La "major" française a ainsi extrait 100.000 barils de pétrole de moins au premier trimestre 2009 à 2,3 millions de barils (-4,5%).

Première publication : 06/05/2009

COMMENTAIRE(S)