Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Jacob Zuma officiellement élu président

Vidéo par Claire PRYDE

Dernière modification : 17/12/2009

Le Parlement a élu le chef de file du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, à la présidence de l'Afrique du Sud. Agé de 67 ans, il devient le quatrième président du pays depuis l'abolition de l'apartheid en 1994.

AFP - Le populaire et populiste chef du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, a été élu mercredi président de l'Afrique du Sud par le Parlement issu des législatives du 22 avril, au terme d'une campagne axée sur la lutte contre la pauvreté.

A 67 ans, M. Zuma devient le quatrième président de l'Afrique du Sud post-apartheid, un poste qui est toujours revenu à l'ANC depuis 1994.

Il a recueilli 277 voix, sur un total de 327 bulletins exprimés, soit 13 de plus que le nombre de députés de l'ANC.

L'annonce de sa victoire a été saluée par des cris de joie de députés qui ont scandé "Zuma, Zuma" dans l'hémicycle du Parlement, situé au Cap (sud-ouest).

Le président élu, en costume sombre, a serré la main du chef de l'Etat sortant, Kgalema Motlanthe, qui assurait l'interim depuis septembre après la démission forcée de Thabo Mbeki.

M. Zuma "est un dirigeant compétent qui incarne notre combat continu contre ce que l'humanité a de pire à offrir et incarne l'espoir que nous, en tant que nation, allons triompher de tous les défis", a déclaré Winnie Madikizela-Mandela, l'ancienne épouse du Premier président noir sud-africain Nelson Mandela.

L'élection de M. Zuma au suffrage universel indirect n'était qu'une formalité: une simple majorité est requise pour être élu chef de l'Etat et l'ANC a remporté 65,9% des suffrages le 22 avril, soit 264 des 400 sièges au Parlement.

Politiquement mort en 2005, après avoir été limogé de son poste de vice-président, M. Zuma tient ici sa revanche.

Il revient la tête haute au Parlement, qu'il avait quitté en 2005 lorsque le chef de l'Etat Mbeki l'avait congédié de la vice-présidence, après la condamnation pour corruption de son conseiller financier Schabir Shaik.

Il a aussi survécu à un procès pour viol, où il a été acquitté, et à des années d'enquête pour corruption, une accusation levée juste avant les élections générales. Ce tribun polygame tient sa force d'un soutien populaire jusque-là inébranlable.

Jacob Zuma doit être investi samedi à Pretoria, la capitale administrative, lors d'une cérémonie à laquelle quelque 5.000 personnalités sont attendues.

Il devrait annoncer dès dimanche la composition de son gouvernement, qui tentera de répondre aux énormes attentes des électeurs en termes de services publics et de lutte contre la pauvreté. 43% des 48,5 millions de Sud-Africains vivent avec moins de 2 dollars par jour, et le taux de chômage frôle les 40%.

La tâche s'annonce ardue. M. Zuma débute son mandat de cinq ans alors que la première économie du continent devrait entrer en récession pour la première fois depuis dix-sept ans. Quelque 208.000 Sud-Africains ont perdu leur emploi au cours du premier trimestre.

Le nouveau président devrait injecter du sang neuf dans son gouvernement mais conserver le ministre des Finances sortant, Trevor Manuel, en poste depuis 13 ans et chouchou du milieu des affaires, à la direction d'un nouvel organisme chargé de surveiller les performances des ministres.

Les principaux alliés de M. Zuma, les syndicats et le Parti communiste, réclament en outre leur part du gâteau après avoir soutenu le chef de l'ANC.

M. Zuma sera aussi confronté à une opposition qui s'est renforcée lors des dernières élections: son parti a perdu 15 sièges au Parlement, tandis qu'une formation créée en décembre par des dissidents de l'ANC, le Congrès du peuple (Cope), a décroché 30 sièges, et l'Alliance démocratique (DA), la deuxième formation du pays, a gagné 17 députés.
 

Première publication : 06/05/2009

COMMENTAIRE(S)