Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

Afrique

Jacob Zuma officiellement élu président

©

Vidéo par Claire PRYDE

Dernière modification : 17/12/2009

Le Parlement a élu le chef de file du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, à la présidence de l'Afrique du Sud. Agé de 67 ans, il devient le quatrième président du pays depuis l'abolition de l'apartheid en 1994.

AFP - Le populaire et populiste chef du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, a été élu mercredi président de l'Afrique du Sud par le Parlement issu des législatives du 22 avril, au terme d'une campagne axée sur la lutte contre la pauvreté.

A 67 ans, M. Zuma devient le quatrième président de l'Afrique du Sud post-apartheid, un poste qui est toujours revenu à l'ANC depuis 1994.

Il a recueilli 277 voix, sur un total de 327 bulletins exprimés, soit 13 de plus que le nombre de députés de l'ANC.

L'annonce de sa victoire a été saluée par des cris de joie de députés qui ont scandé "Zuma, Zuma" dans l'hémicycle du Parlement, situé au Cap (sud-ouest).

Le président élu, en costume sombre, a serré la main du chef de l'Etat sortant, Kgalema Motlanthe, qui assurait l'interim depuis septembre après la démission forcée de Thabo Mbeki.

M. Zuma "est un dirigeant compétent qui incarne notre combat continu contre ce que l'humanité a de pire à offrir et incarne l'espoir que nous, en tant que nation, allons triompher de tous les défis", a déclaré Winnie Madikizela-Mandela, l'ancienne épouse du Premier président noir sud-africain Nelson Mandela.

L'élection de M. Zuma au suffrage universel indirect n'était qu'une formalité: une simple majorité est requise pour être élu chef de l'Etat et l'ANC a remporté 65,9% des suffrages le 22 avril, soit 264 des 400 sièges au Parlement.

Politiquement mort en 2005, après avoir été limogé de son poste de vice-président, M. Zuma tient ici sa revanche.

Il revient la tête haute au Parlement, qu'il avait quitté en 2005 lorsque le chef de l'Etat Mbeki l'avait congédié de la vice-présidence, après la condamnation pour corruption de son conseiller financier Schabir Shaik.

Il a aussi survécu à un procès pour viol, où il a été acquitté, et à des années d'enquête pour corruption, une accusation levée juste avant les élections générales. Ce tribun polygame tient sa force d'un soutien populaire jusque-là inébranlable.

Jacob Zuma doit être investi samedi à Pretoria, la capitale administrative, lors d'une cérémonie à laquelle quelque 5.000 personnalités sont attendues.

Il devrait annoncer dès dimanche la composition de son gouvernement, qui tentera de répondre aux énormes attentes des électeurs en termes de services publics et de lutte contre la pauvreté. 43% des 48,5 millions de Sud-Africains vivent avec moins de 2 dollars par jour, et le taux de chômage frôle les 40%.

La tâche s'annonce ardue. M. Zuma débute son mandat de cinq ans alors que la première économie du continent devrait entrer en récession pour la première fois depuis dix-sept ans. Quelque 208.000 Sud-Africains ont perdu leur emploi au cours du premier trimestre.

Le nouveau président devrait injecter du sang neuf dans son gouvernement mais conserver le ministre des Finances sortant, Trevor Manuel, en poste depuis 13 ans et chouchou du milieu des affaires, à la direction d'un nouvel organisme chargé de surveiller les performances des ministres.

Les principaux alliés de M. Zuma, les syndicats et le Parti communiste, réclament en outre leur part du gâteau après avoir soutenu le chef de l'ANC.

M. Zuma sera aussi confronté à une opposition qui s'est renforcée lors des dernières élections: son parti a perdu 15 sièges au Parlement, tandis qu'une formation créée en décembre par des dissidents de l'ANC, le Congrès du peuple (Cope), a décroché 30 sièges, et l'Alliance démocratique (DA), la deuxième formation du pays, a gagné 17 députés.
 

Première publication : 06/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)