Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE : le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sommet de la francophonie : Macky Sall "regrette" l'absence de Wade

En savoir plus

À L’AFFICHE !

David LaChapelle, de la mode à l'écologie, 30 ans de photographies

En savoir plus

Afrique

Jacob Zuma officiellement élu président

Vidéo par Claire PRYDE

Dernière modification : 17/12/2009

Le Parlement a élu le chef de file du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, à la présidence de l'Afrique du Sud. Agé de 67 ans, il devient le quatrième président du pays depuis l'abolition de l'apartheid en 1994.

AFP - Le populaire et populiste chef du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, a été élu mercredi président de l'Afrique du Sud par le Parlement issu des législatives du 22 avril, au terme d'une campagne axée sur la lutte contre la pauvreté.

A 67 ans, M. Zuma devient le quatrième président de l'Afrique du Sud post-apartheid, un poste qui est toujours revenu à l'ANC depuis 1994.

Il a recueilli 277 voix, sur un total de 327 bulletins exprimés, soit 13 de plus que le nombre de députés de l'ANC.

L'annonce de sa victoire a été saluée par des cris de joie de députés qui ont scandé "Zuma, Zuma" dans l'hémicycle du Parlement, situé au Cap (sud-ouest).

Le président élu, en costume sombre, a serré la main du chef de l'Etat sortant, Kgalema Motlanthe, qui assurait l'interim depuis septembre après la démission forcée de Thabo Mbeki.

M. Zuma "est un dirigeant compétent qui incarne notre combat continu contre ce que l'humanité a de pire à offrir et incarne l'espoir que nous, en tant que nation, allons triompher de tous les défis", a déclaré Winnie Madikizela-Mandela, l'ancienne épouse du Premier président noir sud-africain Nelson Mandela.

L'élection de M. Zuma au suffrage universel indirect n'était qu'une formalité: une simple majorité est requise pour être élu chef de l'Etat et l'ANC a remporté 65,9% des suffrages le 22 avril, soit 264 des 400 sièges au Parlement.

Politiquement mort en 2005, après avoir été limogé de son poste de vice-président, M. Zuma tient ici sa revanche.

Il revient la tête haute au Parlement, qu'il avait quitté en 2005 lorsque le chef de l'Etat Mbeki l'avait congédié de la vice-présidence, après la condamnation pour corruption de son conseiller financier Schabir Shaik.

Il a aussi survécu à un procès pour viol, où il a été acquitté, et à des années d'enquête pour corruption, une accusation levée juste avant les élections générales. Ce tribun polygame tient sa force d'un soutien populaire jusque-là inébranlable.

Jacob Zuma doit être investi samedi à Pretoria, la capitale administrative, lors d'une cérémonie à laquelle quelque 5.000 personnalités sont attendues.

Il devrait annoncer dès dimanche la composition de son gouvernement, qui tentera de répondre aux énormes attentes des électeurs en termes de services publics et de lutte contre la pauvreté. 43% des 48,5 millions de Sud-Africains vivent avec moins de 2 dollars par jour, et le taux de chômage frôle les 40%.

La tâche s'annonce ardue. M. Zuma débute son mandat de cinq ans alors que la première économie du continent devrait entrer en récession pour la première fois depuis dix-sept ans. Quelque 208.000 Sud-Africains ont perdu leur emploi au cours du premier trimestre.

Le nouveau président devrait injecter du sang neuf dans son gouvernement mais conserver le ministre des Finances sortant, Trevor Manuel, en poste depuis 13 ans et chouchou du milieu des affaires, à la direction d'un nouvel organisme chargé de surveiller les performances des ministres.

Les principaux alliés de M. Zuma, les syndicats et le Parti communiste, réclament en outre leur part du gâteau après avoir soutenu le chef de l'ANC.

M. Zuma sera aussi confronté à une opposition qui s'est renforcée lors des dernières élections: son parti a perdu 15 sièges au Parlement, tandis qu'une formation créée en décembre par des dissidents de l'ANC, le Congrès du peuple (Cope), a décroché 30 sièges, et l'Alliance démocratique (DA), la deuxième formation du pays, a gagné 17 députés.
 

Première publication : 06/05/2009

COMMENTAIRE(S)