Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

TECH 24

Apple Pay, S-Money, Big Data bancaire : une affaire de gros sous

En savoir plus

Asie - pacifique

L'armée traque les Taliban, les civils pris au piège à Swat

Texte par Marc LELLIÈVRE

Dernière modification : 07/05/2009

L'armée a lancé une offensive d'envergure contre les Taliban dans la vallée de Swat. Pris entre deux feux, les civils ne peuvent pas fuir et des dizaines ont déjà péri dans les combats ce mercredi. Un reportage exclusif de nos correspondants.

Pris au piège. Depuis que la vallée de Swat est sous couvre-feu, les habitants sont pris dans les combats entre l'armée et les Taliban. Depuis ce mercredi matin, les militaires pakistanais tentent de déloger les insurgés qui se sont emparés de plusieurs bâtiments des autorités locales, notamment un poste de police à Mingora, la capitale du district de Swat.

 

Pris entre deux feux, les civils ne peuvent même pas fuir et plusieurs dizaines ont déjà péri dans les combats au cours de la seule journée de mercredi. "Les gens sont désespérés. Il ne savent pas comment s'échapper du district car il n'y a plus de transport public depuis que le couvre-le-feu a été décrété", observe un journaliste pakistanais. Désormais, les routes sont fermées, tout comme les écoles, les universités et les commerces.

 

Couvre-feu

 

Mingora n'est plus qu'une ville fantôme. Pourtant, mardi, l'armée avait décidé d'assouplir le blocus pour permettre aux civils de se mettre à l'abri. Près de 40 000 personnes avaient pu ainsi quitter la zone des combats pour se réfugier vers le sud, près de Peshawar. Dans le même temps, le ministre de l'Information, Mian Iftikhar Hussain, avait déclaré qu'il s'attendait à ce que 500 000 civils fuient la vallée de Swat, c'est-à-dire plus du tiers de la population de ce district qui compte 1,3 millions d'habitants. Mais de peur que des Taliban se mêlent à l'exode, l'état-major a décidé de réinstaurer le couvre-feu mardi soir.

 

A coup de canon et appuyés par des hélicoptères de combat, les militaires progressent tant bien que mal dans la région de Mingora. Ce mercredi matin, ils ont repris le contrôle d'un mine d'émeraudes exploitée par les insurgés. Des hélicoptères de combat ont aussi bombardé la ville de Thana, au sud de la vallée de Swat. Mais les opérations sont difficiles car les Taliban ont miné les abords et le centre de Mingora, mais aussi les routes.

 

Un test pour l'armée et pour l'État

 

Deux soldats sont d'ailleurs morts dans l'explosion d'une bombe dans le nord de la vallée mercredi. D'après une source proche de l'insurrection, les combattants seraient soutenus par des Taliban venus du Waziristan, dans les zones tribales, à la frontière avec l'Afghanistan. Au total, l'armée annonce avoir tué 35 insurgés.

 

Avec cette offensive, l'accord de paix signé en février entre le gouvernement de la province et les Taliban semble définitivement enterré. Et cette nouvelle opération fait figure de test aussi bien pour l'armée que pour l'Etat pakistanais qui devront montrer s'ils sont décidés à lutter contre l'expansion des Taliban dans le nord-ouest du pays. Or jusqu'à présent, le gouvernement indiquait qu'il voulait traiter avec l'insurrection pour préserver la paix à Swat.

Première publication : 06/05/2009

COMMENTAIRE(S)