Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Le président rechigne à ratifier le traité de Lisbonne, voté au Sénat

©

Vidéo par Hélène DROUET

Dernière modification : 07/05/2009

Le Sénat a approuvé le traité de Lisbonne, qui prévoit de réformer les institutions de l'UE. Le président Vaclav Klaus, eurosceptique notoire, indique pourtant que la ratification de celui-ci n'est toujours pas à l'ordre du jour.

AFP - Le Sénat tchèque a approuvé mercredi à Prague le Traité de Lisbonne après la validation du texte mi-février par la chambre basse, ce qui ouvre la voie à sa ratification finale par le président tchèque.

Après de longs débats, le document destiné à réformer les institutions de l'UE a obtenu la majorité constitutionnelle requise, avec 54 voix sur 79 sénateurs présents.

Douze des sénateurs de la droite libérale ODS ont suivi les consignes de leur chef, le premier ministre démissionnaire Mirek Topolanek, et soutenu le texte malgré leurs réticences. Vingt sénateurs ont voté contre, dont 19 ODS, cinq se sont abstenus.

"Il s'agit d'une grande journée pour la position de la République tchèque en Europe et dans le monde", a déclaré après le vote Alexandr Vondra, le vice-premier ministre démissionnaire en charge des Affaires européennes.

A Bruxelles, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso s'est dit "très content". "C'est un très bonne nouvelle. Je suis très content de l'approbation du Traité de Lisbonne par le Sénat tchèque, qui achève le processus de ratification parlementaire en République tchèque", a-t-il dit dans un communiqué.

Un rejet aurait eu le même impact que le +non+ opposé par les Irlandais lors du référendum de juin 2008, ce qui suscitait la plus grande inquiétude à Bruxelles alors que le processus de réforme des institutions européennes a déjà pris des mois de retard.

Un groupe de sénateurs du parti libéral ODS compte toutefois contester une nouvelle fois le traité devant la Cour constitutionnelle, ce qui risque d'entrainer de nouveaux délais.

"Ce que j'entends en Europe, ce n'est pas un respect pour une opinion minoritaire, c'est une atmosphère de pression psychologique, de quasi-interdiction", a affirmé l'un d'entre eux, Jiri Oberfalzer, pendant les débat.

"Personne n'a demandé au peuple s'il souhaite la création d'un super-Etat européen, c'est pourquoi les choses se déroulent dans le flou de phrases vagues", a-t-il dit.

Le président Vaclav Klaus a déjà fait savoir qu'il attendrait le résultat de la saisine constitutionnelle avant de signer le texte dont il est un des plus farouches adversaires. Il a prévu de faire un point de presse en fin d'après midi.

Pour entrer en vigueur, le Traité de Lisbonne doit être ratifié par tous les 27 pays membres de l'Union européenne. Comme la République tchèque, la Pologne et l'Allemagne doivent compléter le processus de ratification.

L'Irlande a promis à ses partenaires européens d'organiser un nouveau référendum d'ici novembre 2009, moyennant quelques aménagements du texte.

Première publication : 06/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)