Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : Le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

Economie

Oudéa remplace Bouton à la présidence de la Société générale

Dernière modification : 06/05/2009

Le conseil d'administration de la Société générale a nommé Frédéric Oudéa président-directeur de la banque. Il succède ainsi à Daniel Bouton. Cette nomination marque l'arrivée d'une nouvelle génération à la tête de l'établissement.

REUTERS - Frédéric Oudéa, l'actuel directeur général de la Société générale, a été désigné mercredi pour succéder à Daniel Bouton à la présidence de la banque, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossiers.

 

Cette nomination constitue une surprise puisque le nom de Frédéric Oudéa ne figurait pas parmis les quatre noms de successeurs potentiels les plus évoqués ces derniers jours.

 

Luc Vandevelde, ancien patron de Carrefour, Jean-Martin Folz, ex-président de PSA Peugeot Citröen, Anthony Wyand, ancien dirigeant d'Aviva <AV.L> et Philippe Lagayette, le vice-président de JP Morgan pour l'Europe, étaient pressentis pour prendre la relève.


Se disant victime d'attaques et de pressions incessantes depuis l'éclatement de l'affaire Kerviel en janvier 2008, Daniel Bouton avait annoncé mercredi dernier sa décision d'abandonner son poste de président de la Socgen.


Sa démission, qui coïncide avec le départ à la retraite de son ancien bras droite Philippe Citerne, marque l'arrivée d'une nouvelle génération à la tête de la deuxième française par la capitalisation boursière.


Ouvertement critiqué par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, pour ne pas avoir immédiatement quitté son poste après le scandale Kerviel, Daniel Bouton avait refait parler de lui fin mars après l'attribution de stock options à quatre hauts dirigeants de la banque dont il faisait partie, un projet finalement abandonné face aux critiques qu'il a suscitées.  Comme Bouton l'a lui-même reconnu, son maintien à la tête de la Société générale risquait de nuire à la banque.

 

Première publication : 06/05/2009

COMMENTAIRE(S)