Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • La Chine intensifie la répression contre les musulmans pendant le ramadan

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Amériques

Sommet tripartite à Washington consacré à la lutte contre les Taliban

©

Vidéo par Aurore Cloé DUPUIS , Yuka ROYER

Dernière modification : 06/05/2009

Le président américain Barack Obama reçoit ses homologues pakistanais et afghan, Asif Ali Zardari et Hamid Karzaï, ce mercredi, aux États-Unis, pour évoquer la lutte contre les Taliban à la frontière pakistano-afghane.

Reuters - Il est rare que les Pakistanais partagent la même vision de leur pays qu'une administration américaine, mais la progression territoriale des taliban provoque aujourd'hui une convergence de vues entre Islamabad et Washington.
 
 
Le président Asif Ali Zardari sera reçu mercredi à la Maison blanche par Barack Obama pour débattre de la stratégie à mener contre les sanctuaires des taliban et d'Al Qaïda à la frontière pakistano-afghane, avec l'avantage de pouvoir s'appuyer sur un consensus tacite à domicile.
 

Les médias, l'opinion publique, les responsables politiques de tous bords conviennent désormais de l'urgence de repousser la menace des taliban.
  

"L'humeur change", résume un haut responsable gouvernemental, spécialiste des dossiers de sécurité et de politique étrangère. "Les gens ont peur, ce qui est bon. La peur est bonne conseillère."
 
 
Après avoir longtemps soutenu par le passé le mouvement des taliban, le Pakistan subit un violent retour de bâton. D'après le chercheur Farrukh Saleem, du Centre pour la recherche et les études de sécurité, les taliban contrôlent actuellement, sont actifs dans ou imposent une influence sur 12% du territoire.
 

Depuis une semaine, la presse et les chaînes de télévision ouvrent leurs premières pages et leurs bulletins d'information sur l'offensive militaire contre les extrémistes religieux dans la vallée de Buner, en appelant à soutenir l'armée.
 
 
Si peu de gens accordent du crédit à Zardari, du moins les médias ont-ils fait taire leurs critiques en approuvant la décision du gouvernement d'envoyer les troupes dans cette région située à seulement une centaine de kilomètres d'Islamabad.
  

Plus de 170 combattants islamistes ont été tués dans les combats et une fois terminée l'opération à Buner, on s'attend à ce que l'armée s'attaque au bastion des taliban dans la vallée de Swat, plus au nord.
 
 
"Au moins, on commence ici à se rendre compte que c'est notre guerre", déclare un proche conseiller du chef de l'Etat.
"Pendant un an, (...) le président a prononcé ces mots mais ils n'ont pas été entendus. Aujourd'hui, ils résonnent."
 
 
 
Dollars
 
 
Barack Obama s'est inquiété de la fragilité du Pakistan mais s'est aussi félicité que son armée commence à
comprendre qu'il lui faut lutter contre l'extrémisme sur son sol au lieu de rester obsédée par l'ennemi historique indien.
 
 
Les analystes parient que Zardari reviendra de Washington avec l'appui de l'administration américaine à son gouvernement civil, ainsi qu'avec des engagements financiers.
  

Les démocrates du Congrès souhaitent l'adoption rapide d'un fonds d'urgence de 94 milliards de dollars, destiné principalement à financer les guerres en Irak et en Afghanistan.
   

Cette somme pourrait englober aussi une aide économique et militaire de 1,5 milliard au Pakistan, qui tomberait à point
nommé pour Islamabad, à l'approche du budget annuel en juin.
 
  
Pour le conseiller de Zardari, Barack Obama devrait "signaler aux Pakistanais qu'il existe un gouvernement légitime,
faible ou fort, qui bénéficie du soutien des Américains tant que le Pakistan continue de concentrer toutes ses ressources contre la vraie menace que représente le terrorisme".
 
  
Zardari pourrait aussi accepter des mesures de confiance entre le Pakistan et l'Afghanistan, après des années de méfiance, du temps de la présidence de son prédécesseur Pervez Musharraf.
 
 
  
Crédit

  

Les critiques n'épargnent pas Zardari, le veuf de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, à qui il a succédé à la tête du Parti du peuple pakistanais après son assassinat en décembre 2007. Impopulaire, traînant derrière lui de vieilles accusations de corruption, le chef de l'Etat pakistanais reste en butte à l'hostilité de l'opinion publique.
   

Le crédit que pouvait placer en lui l'administration américaine a commencé à s'effriter quand il est sorti affaibli
de son bras de fer avec le chef de l'opposition Nawaz Sharif en mars, que Washington pourrait engager à collaborer avec Zardari.
 
  
Il a diminué encore davantage quand le président a accepté d'imposer la charia réclamée par les taliban en échange de la paix dans la vallée de Swat.
 
  
Zardari n'avait pourtant guère le choix, étant donné son impopularité, la menace de défection d'un partenaire de coalition, le soutien massif du parlement à cet accord "paix-contre-charia" et le peu d'entrain des militaires à se lancer dans une offensive sans le soutien de l'opinion.
 
  
Des analystes avancent que Zardari a toujours su que l'accord de Swat était voué à l'échec, car les taliban chercheraient à en profiter pour étendre leur emprise. Le chef de l'Etat n'a pas eu à attendre longtemps.
 
  
Il pourra dire aux Américains : "Je l'ai fait à ma manière, et j'ai bien fait", estime Najam Sethi, rédacteur en chef du Daily Times. "Il a tout le monde sur le pont contre les taliban (...) sans devoir souffrir de l'opprobre de l'avoir fait à la demande de l'Amérique."
 

Première publication : 06/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)