Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Bruxelles et Washington trouvent un accord sur le bœuf aux hormones

©

Dernière modification : 07/05/2009

Les États-Unis et l'Union européenne sont parvenus à un accord préliminaire qui écarte définitivement la commercialisation du bœuf aux hormones américain en Europe et lève la menace de représailles douanières sur le roquefort français.

AFP - Après plus de vingt ans de bataille, l'UE et les Etats-Unis ont réglé leur différend autour du boeuf aux hormones américain, qui restera interdit en Europe, Washington renonçant en outre à des mesures de représailles douanières sur le roquefort français.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé mercredi avoir signé un accord préliminaire qui écarte définitivement la commercialisation en Europe du boeuf aux hormones américain.

"Nous avons atteint un compromis qui fournit une issue pragmatique dans le conflit de longue date sur le boeuf", ont indiqué dans une déclaration commune le représentant américain au Commerce extérieur (USTR), Ron Kirk, et la commissaire européenne au Commerce Catherine Ashton.

"Un accord est dans notre intérêt mutuel, et nous allons maintenant discuter avec les différentes parties prenantes et Etats d'un effort pour le mettre en oeuvre aussitôt que possible", ont-ils poursuivi.

Il prévoit que les Etats-Unis renoncent à de nouvelles sanctions qu'ils envisageaient depuis janvier, en représailles à la poursuite de l'interdiction de commercialisation de leur boeuf aux hormones sur le territoire européen. Leur application était prévue le 9 mai.

La plus spectaculaire de ces mesures était le triplement des taxes douanières contre le roquefort français, déjà visé depuis 1999 par des droits de douane élevés, de 100%.

Les Etats-Unis prévoyaient de faire passer cette taxe à 300%, ce qui a déclenché une vague de protestation en France, car cela aurait entraîné des prix astronomiques dans l'assiette du consommateur américain.

D'autres produits agroalimentaires étaient également visés: des eaux minérales italiennes, des viandes, des fruits et légumes, des champignons, des céréales, des chewing-gums, du chocolat, des châtaignes, des jus de fruits et des graisses.

En échange de l'abandon de ces sanctions, les Etats-Unis obtiendront d'importants quotas supplémentaires pour exporter vers l'UE leur viande de boeuf de qualité, produite à partir d'animaux non traités avec des hormones de croissance.

Un quota d'importation de 20.000 tonnes supplémentaires de boeuf non traité aux hormones leur sera accordé lors des trois premières années, puis de 45.000 tonnes à partir de la quatrième année.

Cela reviendra au final à presque quadrupler le quota annuel actuel, de 11.500 tonnes. Aujourd'hui, l'Union européenne importe quelque 6.500 tonnes de boeuf américain non traité aux hormones par an.

L'accord prévoit ensuite qu'avant la fin de quatrième année, l'UE et les Etats-Unis devront se mettre d'accord sur les conditions appliquées au-delà de cette période.

Des sénateurs américains se sont dits peu satisfaits de l'accord.

"L'Union européenne devrait rouvrir son marché à tout le boeuf américain, qui est complètement sain", a estimé le sénateur républicain de l'Iowa (centre) Chuck Grassley.

Le sénateur républicain du Missouri (centre) Kit Bond a appelé les partenaires commerciaux des Etats-Unis à "baser leurs décisions sur la science plutôt que sur l'émotion".

L'UE bloque le boeuf américain sur son territoire depuis le début des années 1980, car elle estime que la viande des animaux traités aux hormones pourrait menacer la santé des consommateurs.

Le conflit transatlantique autour de ce sujet a donné lieu à plusieurs jugements de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Américains et Canadiens ont porté plainte en 1996 devant l'OMC, qui leur a donné raison, les incitant à imposer des sanctions à certaines exportations européennes. Le dernier jugement en date, le 16 octobre, confirmait que ces sanctions étaient légales.

 

Première publication : 07/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)