Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

Bruxelles et Washington trouvent un accord sur le bœuf aux hormones

Dernière modification : 07/05/2009

Les États-Unis et l'Union européenne sont parvenus à un accord préliminaire qui écarte définitivement la commercialisation du bœuf aux hormones américain en Europe et lève la menace de représailles douanières sur le roquefort français.

AFP - Après plus de vingt ans de bataille, l'UE et les Etats-Unis ont réglé leur différend autour du boeuf aux hormones américain, qui restera interdit en Europe, Washington renonçant en outre à des mesures de représailles douanières sur le roquefort français.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé mercredi avoir signé un accord préliminaire qui écarte définitivement la commercialisation en Europe du boeuf aux hormones américain.

"Nous avons atteint un compromis qui fournit une issue pragmatique dans le conflit de longue date sur le boeuf", ont indiqué dans une déclaration commune le représentant américain au Commerce extérieur (USTR), Ron Kirk, et la commissaire européenne au Commerce Catherine Ashton.

"Un accord est dans notre intérêt mutuel, et nous allons maintenant discuter avec les différentes parties prenantes et Etats d'un effort pour le mettre en oeuvre aussitôt que possible", ont-ils poursuivi.

Il prévoit que les Etats-Unis renoncent à de nouvelles sanctions qu'ils envisageaient depuis janvier, en représailles à la poursuite de l'interdiction de commercialisation de leur boeuf aux hormones sur le territoire européen. Leur application était prévue le 9 mai.

La plus spectaculaire de ces mesures était le triplement des taxes douanières contre le roquefort français, déjà visé depuis 1999 par des droits de douane élevés, de 100%.

Les Etats-Unis prévoyaient de faire passer cette taxe à 300%, ce qui a déclenché une vague de protestation en France, car cela aurait entraîné des prix astronomiques dans l'assiette du consommateur américain.

D'autres produits agroalimentaires étaient également visés: des eaux minérales italiennes, des viandes, des fruits et légumes, des champignons, des céréales, des chewing-gums, du chocolat, des châtaignes, des jus de fruits et des graisses.

En échange de l'abandon de ces sanctions, les Etats-Unis obtiendront d'importants quotas supplémentaires pour exporter vers l'UE leur viande de boeuf de qualité, produite à partir d'animaux non traités avec des hormones de croissance.

Un quota d'importation de 20.000 tonnes supplémentaires de boeuf non traité aux hormones leur sera accordé lors des trois premières années, puis de 45.000 tonnes à partir de la quatrième année.

Cela reviendra au final à presque quadrupler le quota annuel actuel, de 11.500 tonnes. Aujourd'hui, l'Union européenne importe quelque 6.500 tonnes de boeuf américain non traité aux hormones par an.

L'accord prévoit ensuite qu'avant la fin de quatrième année, l'UE et les Etats-Unis devront se mettre d'accord sur les conditions appliquées au-delà de cette période.

Des sénateurs américains se sont dits peu satisfaits de l'accord.

"L'Union européenne devrait rouvrir son marché à tout le boeuf américain, qui est complètement sain", a estimé le sénateur républicain de l'Iowa (centre) Chuck Grassley.

Le sénateur républicain du Missouri (centre) Kit Bond a appelé les partenaires commerciaux des Etats-Unis à "baser leurs décisions sur la science plutôt que sur l'émotion".

L'UE bloque le boeuf américain sur son territoire depuis le début des années 1980, car elle estime que la viande des animaux traités aux hormones pourrait menacer la santé des consommateurs.

Le conflit transatlantique autour de ce sujet a donné lieu à plusieurs jugements de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Américains et Canadiens ont porté plainte en 1996 devant l'OMC, qui leur a donné raison, les incitant à imposer des sanctions à certaines exportations européennes. Le dernier jugement en date, le 16 octobre, confirmait que ces sanctions étaient légales.

 

Première publication : 07/05/2009

COMMENTAIRE(S)