Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Economie

Dix banques priées de lever 74,6 milliards de dollars de fonds

Dernière modification : 08/05/2009

À l'issue du "test de résistance" mené sur 19 banques américaines, le Trésor et la Réserve fédérale ont exhorté dix d'entre elles à lever 74,6 milliards de dollars pour affronter une éventuelle nouvelle dégradation de conjoncture.

AFP - Dix grandes banques américaines ont été sommées jeudi par leurs autorités de tutelle de lever un total de 74,6 milliards de dollars de fonds propres, à l'issue d'un test destiné à mesurer leur capacité de résistance à une nouvelle dégradation de la conjoncture.

Bank of America, la plus grande banque américaine par les actifs, se voit demander à elle seule la moitié de cet effort (33,9 milliards de dollars), ont annoncé à la presse le Trésor et la Réserve fédérale américaine.

Wells Fargo devra lever 13,7 milliards de dollars, la société de crédit automobile GMAC 11,5 milliards, Citigroup 5,5 milliards et la banque d'affaires Morgan Stanley 1,8 milliard, selon leur communiqué.

Neuf des 19 banques qui ont subi ce "test de résistance" n'auront pas besoin de lever des fonds. Parmi celles-ci figurent la banque universelle JPMorgan Chase, l'émetteur de carte de crédit American Express, la banque d'affaires Goldman Sachs et l'assureur-vie MetLife.

Pour se conformer aux exigences des autorités, les banques peuvent lever des fonds en faisant appel à des capitaux privés, céder des actifs ou convertir des titres hybrides en actions ordinaires.

Avant même l'annonce officielle des résultats des tests par les autorités, Wells Fargo a annoncé une augmentation de capital de 6 milliards de dollars.

Morgan Stanley a elle aussi immédiatement annoncé qu'elle entendait lever 5 milliards de dollars, en mettant sur le marché pour 2 milliards de dollars d'actions et pour 3 milliards de dollars d'obligations.

Si les banques ne peuvent pas lever autant que les autorités le demandent sur le marché, elles pourront faire appel au Trésor, qui pourra soit les recapitaliser en échange d'actions préférentielles, soit convertir en actions ordinaires celles qu'il détient déjà.

Le secrétaire au Trésor Timothy Geithner a indiqué qu'il répugnait à cette solution mais qu'il s'y résoudrait "temporairement" s'il le faut.

C'est d'ailleurs ce qui va se passer pour Citigroup: la banque new-yorkaise va convertir en actions ordinaires 33 milliards de dollars de titres hybrides souscrits par les investisseurs privés et l'Etat, soit 5,5 milliards de plus que le montant qu'elle avait annoncé en février. Ce montant correspond exactement au besoin de financement identifié par les autorités américaines.

L'opération aura pour conséquence une nationalisation partielle de Citigroup, l'ancien numéro un mondial de la finance, puisque l'Etat pourrait se retrouver à la tête d'une participation de 34%.

"Nous voudrions sortir aussi vite que possible" des banques où l'Etat est actionnaire, a assuré M. Geithner. "Nous ne voulons pas nous retrouver dans une position où nous dirigeons ces banques au jour le jour", a-t-il dit, en laissant entendre que l'Etat ne devrait a priori pas changer la direction des banques dont il viendrait à prendre le contrôle.

M. Geithner a indiqué que le Trésor avait pour l'instant les ressources suffisantes pour "faire face aux besoins en capitaux révélés par les tests" et qu'il n'aurait pas besoin de solliciter le Congrès pour une rallonge.

Le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a affirmé pour sa part que les résultats de ces tests allaient "rassurer considérablement les investisseurs et l'opinion".

Première publication : 08/05/2009

COMMENTAIRE(S)