Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EUROPE

Le franquisme, une plaie toujours ouverte

Vidéo par Clément PERROUAULT , Adeline PERCEPT

Dernière modification : 08/05/2009

Alors que l'Espagne commémore les 70 ans de la guerre civile, près de 114 000 dépouilles de victimes de ce conflit n'ont toujours pas été retrouvées et la société a dû mal à revenir sur les crimes du franquisme.

Soixante-dix ans après la fin de la guerre civile espagnole, l’héritage du franquisme divise encore la société. Près de 114 000 corps des victimes de cette guerre n’ont pas été retrouvés et le gouvernement ne semble pas prêt à lancer des recherches.
 

Une situation qui a poussé une poignée de proches des victimes, rassemblés sous le nom de "Récupération de la mémoire historique", à entreprendre ses propres démarches pour retrouver les dépouilles. Le juge Baltazar Garzon avait également tenté, en octobre 2008, d’engager une procédure en ce sens, mais devant la levée de bouclier de ces collègues, il avait dû renoncer.
 
"Réconciliation"
 

Une partie de la population invoque la nécessaire "réconciliation" nationale pour éviter de "rouvrir les plaies du passé". C’est en tout cas la position de l’Eglise. Et dans un pays aussi catholique que l’Espagne, c’est une voix qui porte.
 

En 2007, le Parlement avait tenté de trouver une solution avec la loi sur la mémoire. Elle était censée permettre la recherche des dépouilles et interdire l’apologie de Franco. Sans grand succès. En novembre 2008, comme chaque année, des centaines de nostalgiques du Caudillo se retrouvaient pour célébrer sa mémoire.

Première publication : 08/05/2009

COMMENTAIRE(S)