Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

L'ex-nazi Demjanjuk sommé de se rendre pour être extradé

Dernière modification : 08/05/2009

Après de multiples rebondissements, l'ancien garde de camp nazi John Demjanjuk devrait, selon son fils, être finalement expulsé vers l'Allemagne, où il doit être jugé pour son rôle dans le meurtre de milliers de juifs.

AFP - Les services d'immigration américains ont demandé à l'ancien garde de camp nazi John Demjanjuk de se rendre aux autorités afin de procéder à son expulsion vers l'Allemagne, où il est poursuivi pour son rôle dans le meurtre de milliers de Juifs, a annoncé son fils vendredi.

Jeudi, un juge de la Cour suprême avait rejeté une nouvelle demande de suspension d'expulsion déposée par la famille de M. Demjanjuk, 89 ans.

Son fils John Demjanjuk junior a expliqué à l'AFP qu'"il ne sert à rien de déposer un nouvel appel devant la Cour suprême dans son entier, dans la mesure où le juge Stevens (...) a rejeté la demande de suspension".

Les services d'immigration américains (ICE) n'ont pas confirmé qu'une notification avait été déposée au domicile de M. Demjanjuk pour qu'il se présente en vue de son expulsion.

"Sur ordre d'un juge fédéral d'immigration d'expulser John Demjanjuk, le gouvernement américain a travaillé en lien étroit avec le gouvernement allemand afin de procéder à cette expulsion", a expliqué dans un communiqué un porte-parole de l'ICE, Khaalid Walls.

"Les services d'immigration ne feront pas d'autres commentaires avant que cette expulsion soit achevée", a-t-il ajouté.

Après plus de deux mois de bataille judiciaire, M. Demjanjuk junior a de son côté rappelé qu'"un recours était toujours en instance" devant la Cour d'appel de Cincinnati (Ohio, nord), mais celle-ci avait refusé de suspendre l'expulsion avant d'examiner la question sur le fond.

Un autre appel est également en instance en Allemagne après qu'un tribunal administratif de Berlin eut refusé mercredi de suspendre son expulsion des Etats-Unis vers l'Allemagne.

M. Demjanjuk junior a en outre affirmé avoir déposé vendredi un autre recours, devant un tribunal de Munich, afin d'"annuler le mandat d'arrêt" pesant contre son père "à l'appui du témoignage d'un ancien garde du camp de Sobibor qui certifie ne pas avoir connu" M. Demjanjuk.

"Il affirme aussi que les gardiens de Sobibor exécutaient les ordres sous la contrainte", a ajouté son fils.

L'Allemagne veut organiser le procès de John Demjanjuk, qui s'est installé aux Etats-Unis avec sa famille en 1952 et qu'elle accuse d'avoir aidé à l'extermination de 29.000 juifs dans les camps de la mort.

Pour sa famille et son avocat son expulsion serait "inhumaine" et assimilable à de la torture, puisqu'il est "malade".

Né en Ukraine en 1920, John (Yvan) Demjanjuk, soldat dans l'Armée rouge, avait été capturé par les nazis au printemps 1942. Il a ensuite été formé au camp de Treblinka, en Pologne et a servi deux ans dans les camps de Sobibor, Majdanek et Flossenburg.

M. Demjanjuk a toujours affirmé avoir été forcé à travailler pour les nazis et avoir été confondu par des survivants avec d'autres gardes cruels, notamment "Ivan le Terrible".
 

Première publication : 08/05/2009

COMMENTAIRE(S)