Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Inquiétudes sur l'état de santé de l'opposante Aung San Suu Kyi

Vidéo par Lise BARCELLINI

Dernière modification : 09/05/2009

L'état de santé d'Aung San Suu Kyi ne cesse de se dégrader, selon le porte-parole de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Une situation d'autant plus préoccupante que son médecin est, lui aussi, détenu par les autorités.

AFP - L'opposante birmane Aung San Suu Kyi n'est "pas en bonne santé", elle ne peut manger, sa tension est faible et elle est déshydratée, a affirmé samedi le porte-parole de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), à l'AFP.
  
Nyan Win a indiqué que l'assistante du médecin d'Aung San Suu Kyi lui avait rendu visite vendredi et avait placé la Prix Nobel de la Paix sous perfusion, mais que le médecin lui-même était détenu par les autorités pour une raison inconnue.
  
Elle "n'est pas en bonne santé. Elle ne peut manger, sa tension est faible, et elle (l'assistante) a diagnostiqué une déshydratation", a précisé Nyan Win, en parlant de la dirigeante du parti.
  
"Nous sommes très inquiets pour sa santé", a-t-il ajouté.

Première publication : 09/05/2009

COMMENTAIRE(S)