Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La guerre spectacle" au Proche-Orient

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Montebourg veut s'attaquer aux professions règlementées

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : l’Allemand Andre Greipel remporte la 6e étape à Reims

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

EUROPE

Merkel et Sarkozy font front commun en vue des européennes

©

Vidéo par Aurore DUPUIS

Dernière modification : 11/05/2009

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont insisté sur leur vision commune de l'Europe lors d'un meeting des jeunes de l'UMP et de la CDU à Berlin, à moins d'un mois des élections européennes.

REUTERS - Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont mis en avant dimanche leur vision commune de l'Europe et se sont engagés à ce que la France et l'Allemagne continuent de travailler ensemble pour la faire avancer.

 

Le président français et la chancelière allemande se sont retrouvés à Berlin à l'occasion d'un meeting commun des jeunes de l'UMP et de la CDU, leurs partis respectifs, dans le cadre de la campagne pour les élections européennes du 7 juin.

 

"Nous sommes venus pour dire que la France et Allemagne doivent façonner ensemble l'Europe. Nous voulons le faire ensemble", a dit Angela Merkel.

 

Nicolas Sarkozy a insisté de son côté sur le soutien de Berlin à la présidence française de l'Union européenne et les succès de celle-ci, notamment dans la convocation de sommets du G20 consacrés à la crise qui ont décidé une plus grande régulation des marchés financiers et de leurs acteurs.

 

"C'est l'Allemagne et la France qui ont obtenu le G20", a-t-il dit, en soulignant qu'Angela Merkel et lui-même y avaient défendu les mêmes valeurs, à savoir celles d'un capitalisme "au service de l'économie sociale de marché et des entrepreneurs" et non pas des spéculateurs.

 

"Nous n'acceptons pas que nos idées soient détournées par ceux qui, par cupidité, ont conduit le monde au bord du précipice", a-t-il ajouté.

 
 
Se mettre d’accord sur le maximum
 

Il a célébré l'amitié entre les peuples français et allemands, "qui dépasse l'amitié de nos deux nations", pour ajouter que les Européens attendaient que les deux pays fassent davantage pour faire avancer l'Europe.

 

Au passage, il a souligné, sous les applaudissements, que la France était aux côtés de l'Allemagne "lorsque l'Allemagne demande un poste de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, parce que l'Allemagne est un grand de ce monde".

 

Angela Merkel comme Nicolas Sarkozy, qui devaient se retrouver ensuite pour un dîner de travail, ont défendu par ailleurs la nécessité de l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

 

"Nous voulons avec Angela Merkel une Europe avec des institutions dignes de ce nom. L'Europe ne peut pas continuer à changer de président tous les six mois, à se mettre d'accord sur le minimum alors que le monde attend qu'elle se mette d'accord sur le maximum", a-t-il dit.

 

Après cette réunion commune de Berlin, qui constituait une première dans l'histoire entre les deux pays, la chancelière allemande est attendue en France avant la fin du mois pour s'exprimer devant l'UMP.

 

Difficiles dans les premiers mois qui ont suivi son arrivée à l'Elysée il y a deux ans, les relations de Nicolas Sarkozy avec Angela Merkel sont aujourd'hui au beau fixe, le président français ayant parlé dans une interview à un journal allemand de son "admiration pour la personnalité politique remarquable qu'elle est et, sur un plan plus personnel, de la profonde sympathie que j'ai pour elle".

 

Première publication : 10/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)