Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Merkel et Sarkozy font front commun en vue des européennes

Vidéo par Aurore DUPUIS

Dernière modification : 11/05/2009

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont insisté sur leur vision commune de l'Europe lors d'un meeting des jeunes de l'UMP et de la CDU à Berlin, à moins d'un mois des élections européennes.

REUTERS - Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont mis en avant dimanche leur vision commune de l'Europe et se sont engagés à ce que la France et l'Allemagne continuent de travailler ensemble pour la faire avancer.

 

Le président français et la chancelière allemande se sont retrouvés à Berlin à l'occasion d'un meeting commun des jeunes de l'UMP et de la CDU, leurs partis respectifs, dans le cadre de la campagne pour les élections européennes du 7 juin.

 

"Nous sommes venus pour dire que la France et Allemagne doivent façonner ensemble l'Europe. Nous voulons le faire ensemble", a dit Angela Merkel.

 

Nicolas Sarkozy a insisté de son côté sur le soutien de Berlin à la présidence française de l'Union européenne et les succès de celle-ci, notamment dans la convocation de sommets du G20 consacrés à la crise qui ont décidé une plus grande régulation des marchés financiers et de leurs acteurs.

 

"C'est l'Allemagne et la France qui ont obtenu le G20", a-t-il dit, en soulignant qu'Angela Merkel et lui-même y avaient défendu les mêmes valeurs, à savoir celles d'un capitalisme "au service de l'économie sociale de marché et des entrepreneurs" et non pas des spéculateurs.

 

"Nous n'acceptons pas que nos idées soient détournées par ceux qui, par cupidité, ont conduit le monde au bord du précipice", a-t-il ajouté.

 
 
Se mettre d’accord sur le maximum
 

Il a célébré l'amitié entre les peuples français et allemands, "qui dépasse l'amitié de nos deux nations", pour ajouter que les Européens attendaient que les deux pays fassent davantage pour faire avancer l'Europe.

 

Au passage, il a souligné, sous les applaudissements, que la France était aux côtés de l'Allemagne "lorsque l'Allemagne demande un poste de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, parce que l'Allemagne est un grand de ce monde".

 

Angela Merkel comme Nicolas Sarkozy, qui devaient se retrouver ensuite pour un dîner de travail, ont défendu par ailleurs la nécessité de l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

 

"Nous voulons avec Angela Merkel une Europe avec des institutions dignes de ce nom. L'Europe ne peut pas continuer à changer de président tous les six mois, à se mettre d'accord sur le minimum alors que le monde attend qu'elle se mette d'accord sur le maximum", a-t-il dit.

 

Après cette réunion commune de Berlin, qui constituait une première dans l'histoire entre les deux pays, la chancelière allemande est attendue en France avant la fin du mois pour s'exprimer devant l'UMP.

 

Difficiles dans les premiers mois qui ont suivi son arrivée à l'Elysée il y a deux ans, les relations de Nicolas Sarkozy avec Angela Merkel sont aujourd'hui au beau fixe, le président français ayant parlé dans une interview à un journal allemand de son "admiration pour la personnalité politique remarquable qu'elle est et, sur un plan plus personnel, de la profonde sympathie que j'ai pour elle".

 

Première publication : 10/05/2009

COMMENTAIRE(S)