Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Grexit : "La balle est dans le camp des créanciers"

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Après le referendum, un "Grexit" est-il inévitable ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "En finir, vite !"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce : après la victoire, Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pour résister" : un plaidoyer contre toutes les formes d'extrémisme

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Migrants climatiques : les réfugiés du siècle

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou écarte l'éventualité d'un retrait du Golan

Dernière modification : 10/05/2009

S'adressant à des médias russophones, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s'est dit opposé à un éventuel retrait du plateau du Golan, objet de tensions avec Damas. Il a insisté sur l'"importance stratégique" de cette région.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a écarté un retrait israélien du plateau du Golan en raison de son "importance stratégique", rapportent dimanche les medias israéliens.
  
S'adressant en fin de semaine à des journalistes de la presse russophone, le chef du gouvernement a justifié son opposition à un retrait en estimant qu'en "restant sur le plateau du Golan, Israël s'assure d'un avantage stratégique en cas de conflit avec le Syrie".
  
Il a souligné par ailleurs qu'il ne ferait pas de concessions sur des questions "critiques" pour la sécurité d'Israël, lors de ses entretiens le 18 mai à Washington avec le président américain Barack Obama.
  
En décembre dernier, alors que Benjamin Netanyahu était encore chef de l'opposition, il avait déjà annoncé que toute concession que ferait le gouvernement de l'époque dirigé par le chef du parti centriste Kadima, Ehud Olmert ne l'engagerait pas.
  
Le Golan a été conquis par Israël en 1967 et annexé en décembre 1981, une annexion qui n'a pas été reconnue par la communauté internationale. Quelques 20.000 colons y vivent.
  
La Syrie réclame, en échange de la paix, la restitution totale de ce plateau jusqu'aux rives du lac de Tibériade, principale réserve d'eau douce d'Israël, ce qu'Israël a toujours refusé.
  
Israël pour sa part réclame de la Syrie qu'elle rompe ses liens privilégiés avec le régime de Téhéran, son ennemi juré, et cesse tout appui au Hezbollah chiite libanais et au Hamas palestinien

Première publication : 10/05/2009

COMMENTAIRE(S)