Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

Moyen-Orient

Benoît XVI appelle à "ne jamais oublier" la Shoah

Vidéo par Sonia DRIDI

Dernière modification : 13/05/2009

À Jérusalem, au mémorial de Yad Vashem érigé en mémoire des six millions de juifs victimes du nazisme, le pape Benoît XVI a appelé à "ne jamais nier, discréditer ou oublier" la "souffrance" des victimes de la Shoah.

AFP - Le pape Benoît XVI a appelé lundi à "ne jamais nier, discréditer ou oublier" la "souffrance" des victimes de la Shoah, au mémorial Yad Vashem érigé à Jérusalem à la mémoire des six millions de juifs exterminés par les nazis.

"Que les noms de ces victimes ne périssent jamais ! Que leur souffrance ne soit jamais niée, discréditée ou oubliée ! Et que toutes les personnes de bonne volonté demeurent attentives à déraciner du coeur de l’homme tout ce qui peut conduire à de telles tragédies !", a affirmé le pape allemand dans la Crypte du Souvenir où il a ravivé la flamme éternelle.

Dès son arrivée en Israël en milieu de journée, Benoît XVI avait dénoncé la "Shoah" et souhaité que "l’humanité ne soit plus jamais témoin d’un crime d’une telle ampleur".

"Je suis venu pour rester en silence devant ce monument, érigé pour honorer la mémoire de millions de personnes tuées dans l’horrible tragédie de la Shoah. Elles ont perdu leurs vies mais elles ne perdront jamais leurs noms, car ils sont profondément gravés dans le coeur de ceux qui les aiment, de leurs compagnons de détention qui ont survécu et de tous ceux qui sont déterminés à ne plus jamais permettre qu’une telle atrocité déshonore à nouveau l’humanité. Plus que tout, leurs noms sont à jamais inscrits dans la mémoire du Dieu Tout-puissant", a dit le pape.

"Il est possible de dérober à un voisin ce qu’il possède, son avenir ou sa liberté. Il est possible de tisser un réseau insidieux de mensonges pour convaincre les autres que certains groupes ne méritent pas d’être respectés. Néanmoins, quoique vous fassiez, il est impossible d’enlever son nom à un être humain. L’Écriture Sainte nous enseigne l’importance du nom pour conférer à une personne une mission unique ou un don spécial", a poursuivi le souverain pontife.

Après avoir ravivé la flamme, le souverain pontife s'est recueilli silencieusement près de la flamme, les yeux fermés, avant de se prosterner devant les noms des camps d'extermination, de concentration, et les lieux où périrent des juifs durant la Deuxième guerre mondiale.

Une prière en hébreu a ensuite été dite par un chantre, rappelant le génocide des juifs par les nazis.

Il a par ailleurs salué des rescapés de camps d'extermination ainsi qu'un Juste des Nations, un chrétien qui sauva des juifs durant la guerre.

L'ancien grand rabbin d'Israël, Israël Lau, rescapé du camp de Buchenwald, a offert au pape un fac-similé d'un tableau peint par un artiste juif, Felix Nussbaum, mort en déportation.

Cette visite du pape allemand en Israël se déroule sur fond de polémique entre le Vatican et Israël avec la levée de l'excommunication de l'évêque négationniste Richard Williamson.

L'Etat juif s'oppose aussi à la béatification, souhaitée par Benoît XVI, de Pie XII accusé de ne pas avoir fait entendre sa voix durant le génocide nazi.

Le pape ne visitera pas le musée consacré à la Shoah, tout comme son prédécesseur Jean Paul II, en 2000.

Première publication : 11/05/2009

COMMENTAIRE(S)