Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

Asie - pacifique

La journaliste irano-américaine Roxana Saberi est libre

Vidéo par Regane RANUCCI

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 12/05/2009

La peine de la journaliste irano-américaine condamnée à huit ans de prison ferme en Iran pour espionnage au profit des États-Unis a été commuée à deux de prison avec sursis en appel. Elle vient de quitter la prison d’Evine, à Téhéran.

Roxana Saberi a été libérée de la prison d’Evine, à Téhéran, où elle était détenue depuis le mois de janvier. "Je vais bien. Je ne veux pas faire de commentaires, mais je vais bien", a-t-elle déclaré à l’AFP.

 

La journaliste irano-américaine avait été condamnée, le 13 avril, à huit ans de prison ferme pour espionnage au profit des États-Unis.

 

La justice iranienne a commué sa peine à deux ans de prison avec sursis, lors de son procès en appel, le 10 mai.

 

Pour convaincre le juge, ses avocats ont argué du fait que "les États-Unis et l’Iran n’entretenaient pas de relations hostiles l'un envers l'autre", ce que le juge a lui-même approuvé. De ce fait, il n’est plus possible d’accuser Roxana Saberi d’espionnage.

 

"Cette phrase, très importante, montre l’évolution de l’esprit des autorités iraniennes", relève Siavosh Ghazi, le correspondant de l'AFP à Téhéran, pour FRANCE 24.

 

L'affaire intervient en effet alors que l'administration américaine amorce une politique d'ouverture en direction de la République islamique afin de renouer un dialogue interrompu depuis presque trente ans - au lendemain de la Révolution de 1979 et de la crise des otages américains en Iran.

 

"La mobilisation extraordinaire qui a eu lieu dans le cas de Roxana Saberi a sûrement joué un rôle dans la décision de la justice, assure Jean-François Julliard, secrétaire général de l’association de défense des journalistes Reporters sans Frontières (RSF) à FRANCE 24. Il y a eu des déclarations au plus haut niveau. C'est du jamais vu en ce qui concerne des journalistes détenus en Iran."

 

Le président américain Barack Obama avait lui-même appelé à la libération de la journaliste. RSF a également orchestré une campagne de grève de la faim "tournante" pour dénoncer sa condamnation.

 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le chef du pouvoir judiciaire, l'ayatollah Mahmoud Hashémi Shahroudi, semblent avoir été sensibles au soutien international apporté à la journaliste et ont demandé au tribunal révolutionnaire de "porter la plus grande attention" à l'appel qu'elle a interjeté.

 

Pour Jean-François Julliard, l’approche de l'élection présidentielle du 12 juin a pu jouer un rôle dans le revirement de la justice iranienne : "Depuis le début, Mahmoud Ahmadinejad avait cette carte entre les mains. D’un côté, il a réussi à se rallier la frange la plus dure des conservateurs en obtenant une lourde condamnation de Roxana Sabéri en première instance. De l’autre, il améliore son image auprès des électeurs les plus modérés grâce à sa libération".

 

Installée à Téhéran depuis 2003, Roxana Saberi collaborait avec plusieurs médias étrangers jusqu'au retrait de sa carte de presse par les autorités, en 2006.


Première publication : 11/05/2009

COMMENTAIRE(S)