Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

  • Les raids israéliens sur Gaza continuent, réunion du Conseil de sécurité de l’ONU

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

Moyen-Orient

L'Iran au menu de la rencontre entre Netanyahou et Moubarak

©

Dernière modification : 11/05/2009

Pour son premier déplacement officiel depuis son élection, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou rencontre lundi le président Hosni Moubarak pour tenter de convaincre l'Égypte de faire front commun contre l'Iran.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'entretient lundi à Charm el-Cheikh, en Egypte, avec le président Hosni Moubarak de l'Iran et du processus de paix, pour sa première visite à l'étranger depuis son entrée en fonctions le 1er avril.

Malgré de profondes divergences sur un règlement de paix au Proche-Orient, M. Netanyahu devrait tenter de convaincre l'Egypte de faire front contre l'Iran, avant sa visite le 18 mai à Washington.

Les relations entre le Premier ministre israélien, un "faucon", et M. Moubarak étaient tendues lors du premier mandat de M. Netanyahu de 1996 à 1999, mais l'Egypte est le seul Etat arabe avec la Jordanie à avoir signé la paix avec l'Etat hébreu.

"Nos deux pays sont confrontés à la menace de l'Iran et de ses agents au Proche-Orient. Nos deux pays ont un intérêt commun à renforcer la stabilité dans la région et à faire avancer le processus de paix", a déclaré dimanche à l'AFP un haut responsable israélien.

M. Moubarak attend pour sa part que M. Netanyahu explique la "nouvelle vision israélienne" concernant le processus de paix, selon le quotidien gouvernemental égyptien Al-Ahram.

Le président égyptien doit insister sur "la nécessité pour Israël de respecter les décisions internationales concernant le processus de paix, en particulier les résolutions de l'ONU, la Feuille de route et les décisions d'Annapolis", d'après le journal.

Il demandera également qu'Israël "respecte le principe de la solution de deux Etats", palestinien et israélien, et exhortera l'Etat hébreu à "cesser les pratiques de judaïsation de Jérusalem et (...) la colonisation".

Le Caire soutient la création d'un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza après un retrait d'Israël des territoires conquis en 1967, et exige l'arrêt de la colonisation ainsi qu'un retrait d'Israël du plateau syrien du Golan.

Le gouvernement Netanyahu écarte ces retraits, n'envisage pas la création d'un Etat palestinien souverain et entend poursuivre la colonisation en Cisjordanie.

Mais l'écart est moins grand sur l'Iran.

Les relations entre Le Caire et Téhéran, déjà tendues, se sont encore dégradées après l'annonce par l'Egypte en avril du démantèlement d'une "cellule" du Hezbollah libanais, soutenu par l'Iran, accusée d'avoir planifié des attaques sur le sol égyptien.

Pour M. Netanyahu, le "programme nucléaire iranien est l'obstacle majeur à la paix au Proche-Orient".

"Si l'Iran devient une puissance nucléaire, il forcera les pays arabes à s'allier avec lui, et son régime extrémiste qui aspire à éliminer Israël ne permettra pas aux Etats arabes de normaliser leurs relations" avec Israël, a-t-il averti.

Le gouvernement israélien estime possible de renforcer les liens avec des pays arabes comme l'Egypte et la Jordanie face à l'Iran, en dépit de son refus de compromis avec les Palestiniens et la Syrie.

A Charm el-Cheikh, M. Netanyahu sera accompagné du ministre travailliste de l'Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer, mais non du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, dirigeant du parti d'extrême droite Israël Beiteinou.

M. Lieberman avait provoqué une polémique avec Le Caire en affirmant en octobre, alors qu'il était dans l'opposition, que M. Moubarak pouvait "aller au diable" en raison de son refus d'effectuer une visite officielle en Israël.

Il a adopté un langage plus diplomatique après son entrée en fonctions, mais son homologue égyptien Ahmed Aboul Gheit a récemment proclamé qu'il ne lui serrerait pas la main.
 

Première publication : 11/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)