Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Economie

La mise en faillite "probable", selon le patron de GM

Dernière modification : 11/05/2009

Fritz Henderson, le directeur général de General Motors (photo), estime que le dépôt de bilan est de plus en plus probable. La firme doit présenter un plan de restructuration viable avant le 1er juin pour éviter une mise en faillite.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors, qui doit boucler d'ici le 1er juin tous les volets de son plan de restructuration, estime qu'un dépôt de bilan est devenu plus probable, a déclaré lundi son directeur général, Fritz Henderson.
  
Interrogé lors d'un point téléphonique sur les avancées de la restructuration du groupe, M. Henderson a reconnu que, "au vu des objectifs fixés, il est plus probable que (le groupe) doive atteindre ces objectifs via un processus de faillite".
  
"Mais il reste encore une opportunité et une chance pour que (la restructuration) soit faite en dehors d'un tribunal", a-t-il nuancé.
  
La direction de GM a déjà fait savoir ces dernières semaines qu'il était probable que GM ait à déposer son bilan, vu le peu de temps dont elle dispose pour boucler plusieurs points clés de sa restructuration.
  
GM a notamment soumis une proposition très sévère à ses créanciers pour restructurer 27 milliards de dollars de dette obligataire.
  
M. Henderson a affirmé lundi "ne pas avoir prévu de modifications à ce stade" concernant l'offre soumise aux créanciers obligataires.
  
Son compatriote Chrysler a déposé le bilan fin avril, après que certains de ses créanciers se furent opposés à la restructuration de la dette.
  
GM a proposé à ses porteurs de titres obligataires de convertir 27 milliards de dette en actions du constructeur, opération à l'issue de laquelle ces créanciers détiendraient 10% de GM. Une bien maigre portion en regard des 89% qui seraient détenus par le Trésor et le syndicat de l'automobile UAW.
  
Pour réussir, cette offre nécessite une participation de 90% des créanciers d'ici le 26 mai, un pari d'autant plus difficile que les créanciers, mécontents, ont récemment fait une contre-offre qui leur permettrait de détenir 58% du capital du constructeur.

Première publication : 11/05/2009

COMMENTAIRE(S)