Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Economie

La mise en faillite "probable", selon le patron de GM

Dernière modification : 11/05/2009

Fritz Henderson, le directeur général de General Motors (photo), estime que le dépôt de bilan est de plus en plus probable. La firme doit présenter un plan de restructuration viable avant le 1er juin pour éviter une mise en faillite.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors, qui doit boucler d'ici le 1er juin tous les volets de son plan de restructuration, estime qu'un dépôt de bilan est devenu plus probable, a déclaré lundi son directeur général, Fritz Henderson.
  
Interrogé lors d'un point téléphonique sur les avancées de la restructuration du groupe, M. Henderson a reconnu que, "au vu des objectifs fixés, il est plus probable que (le groupe) doive atteindre ces objectifs via un processus de faillite".
  
"Mais il reste encore une opportunité et une chance pour que (la restructuration) soit faite en dehors d'un tribunal", a-t-il nuancé.
  
La direction de GM a déjà fait savoir ces dernières semaines qu'il était probable que GM ait à déposer son bilan, vu le peu de temps dont elle dispose pour boucler plusieurs points clés de sa restructuration.
  
GM a notamment soumis une proposition très sévère à ses créanciers pour restructurer 27 milliards de dollars de dette obligataire.
  
M. Henderson a affirmé lundi "ne pas avoir prévu de modifications à ce stade" concernant l'offre soumise aux créanciers obligataires.
  
Son compatriote Chrysler a déposé le bilan fin avril, après que certains de ses créanciers se furent opposés à la restructuration de la dette.
  
GM a proposé à ses porteurs de titres obligataires de convertir 27 milliards de dette en actions du constructeur, opération à l'issue de laquelle ces créanciers détiendraient 10% de GM. Une bien maigre portion en regard des 89% qui seraient détenus par le Trésor et le syndicat de l'automobile UAW.
  
Pour réussir, cette offre nécessite une participation de 90% des créanciers d'ici le 26 mai, un pari d'autant plus difficile que les créanciers, mécontents, ont récemment fait une contre-offre qui leur permettrait de détenir 58% du capital du constructeur.

Première publication : 11/05/2009

COMMENTAIRE(S)