Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Le pape visite le camp de réfugiés palestiniens d'Aïda

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 13/05/2009

Benoît XVI, actuellement en visite dans le camp de réfugiés palestiniens d'Aïda à Bethléem (Cisjordanie), a défendu un peu plus tôt dans la journée l'établissement d'une "patrie palestinienne souveraine".

Lors d'une visite à Bethléem, en Cisjordanie, le pape Benoît XVI a appelé à la création d'un Etat palestinien, aux côtés du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Il a apporté son soutien à l'établissement d'"une patrie palestinienne souveraine", tout en adressant sa compassion aux habitants de Gaza après l’offensive israélienne de décembre et janvier. Il a par ailleurs appelé les Palestiniens à résister à la tentation du "terrorisme".


Après la réception officielle, le pape a célébré, au sixième jour de son pèlerinage en Terre sainte, une messe en présence de milliers de fidèles sur la place de la Crèche, devant la Basilique de la Nativité. Il a affirmé dans son homélie qu'il priait pour que le blocus israélien - imposé à Gaza depuis la prise de pouvoir par les islamistes du Hamas en juin 2007 - soit "bientôt" levé.



"Le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine sur la terre de vos ancêtres, sûre et en paix avec ses voisins, à l'intérieur de frontières internationalement reconnues", a-t-il déclaré au début de sa visite à Bethléem, ville natale du Christ selon la tradition chrétienne. Aujourd’hui, la ville ne compte que 5% de chrétiens.


Ces propos font écho à ceux déjà évoqués par Benoît XVI lors de son arrivée à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, en Israël.


"Profonde compassion"


Le souverain pontife a en outre appelé les Palestiniens à résister à la tentation du "terrorisme". "Au contraire, permettez que ce que vous avez vécu renouvelle votre détermination à construire la paix", a lancé le chef de l'Eglise catholique, en s’adressant plus particulièrement aux jeunes.


De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé l'occupation israélienne et affirmé qu'il était "grand temps de mettre fin aux souffrances" palestiniennes. Le chef de l'Eglise catholique a pour sa part évoqué sa "profonde compassion" après l'offensive israélienne meurtrière à Gaza en décembre-janvier. Une offensive contre le mouvement islamiste Hamas qui a fait plus de 1 400 morts palestiniens, en grande partie des civils.


Selon Jean-Bernard Cadier, spécialiste FRANCE 24 de politique internationale, le discours de Benoît XVI a probablement déçu la majorité des Palestiniens. "Le pape ne se prononce pas sur une responsabilité éventuelle. Il ne condamne pas l’offensive, constate-t-il. Il s’est prononcé sur la nécessité de reconstruire la bande de Gaza."


Autre sujet sur lequel le pape était attendu : le mur de séparation entre les Territoires palestiniens et ce qu’Israël définit comme sa zone de gouvernance. "Il n’a fait aucune allusion directe au mur", constate Jean-Bernard Cadier. Dans l’après-midi, Benoît XVI se rendra au camp de réfugiés d'Aïda, qui jouxte le mur de séparation.

Première publication : 13/05/2009

COMMENTAIRE(S)