Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposante Aung San Suu Kyi, emprisonnée, sera jugée le 18 mai

©

Vidéo par Laure DE MATOS , Rachel MARUSAK

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 18/05/2009

La junte a décidé d'inculper Aung San Suu Kyi, chef de l'opposition, pour avoir reçu la visite d'un Américain alors qu'elle était assignée à résidence. Son procès s'ouvrira le 18 mai; la lauréate du Nobel de la Paix risque 5 ans de prison.

Le calvaire d’Aung San Suu Kyi, dirigeante de l’opposition birmane et Prix Nobel de la Paix, assignée à résidence depuis 2003, semble loin d’être terminé. Alors que sa santé se fragilise et que son assignation à résidence devait prendre fin le 27 mai, les autorités birmanes l’ont inculpée quelques jours après l’intrusion d’un Américain dans sa villa de Rangoun. Son procès s’ouvrira le 18 mai. Elle risque au moins cinq ans de prison.

Tôt dans la matinée, Aung San Suu Kyi a été emmenée à la prison d'Insein, au nord de Rangoun, après avoir été inculpée pour avoir violé les règles de son assignation à résidence. "Les autorités ont inculpé Aung San Suu Kyi et ses deux employées de maison, conformément à la clause 22" de la loi visant à protéger l'Etat des dangers émanant d'éléments subversifs, en vertu de laquelle l'opposante est assignée à résidence, a déclaré un avocat, Hla Myo Myint.

 

"Une machination orchestrée par les services de sécurité"


Selon les médias birmans, un Américain, John Yettaw, a été arrêté le 6 mai pour avoir traversé le lac Inya au bord duquel se trouve la résidence de Suu Kyi et s'être introduit au domicile de l'opposante où il a passé deux jours. L’Américain, âgé de 53 ans, a également été inculpé dans la matinée pour avoir violé les règles d'immigration, ainsi qu'une loi sur la sécurité. Aucune date n'a été annoncée pour son procès.

 "C’est une affaire rocambolesque, commente le correspondant de FRANCE 24 à Bangkok (Thaïlande), Cyril Payen. On se demande comment cet Américain a pu nager dans le lac qui borde la villa d’Aung San Suu Kyi dans le centre de Rangoon et rester deux jours avec elle." Et de poursuivre : "On parle de machination orchestrée par les services de sécurité."


Selon l'avocat de Suu Kyi qui s’est exprimé à la Voix démocratique de Birmanie, une radio qui émet depuis la Norvège, John Yettaw avait déjà essayé de contacter l'opposante l'an dernier mais elle lui avait dit de partir et l'incident avait été signalé aux autorités. Cette fois encore, Suu Kyi a dit à Yettaw de partir, mais il est resté. Aung San Suu Kyi "lui a dit de s'en aller, mais il ne l'a pas fait". "Il a dit qu'il était très fatigué et qu'il voulait se reposer. Elle l'a imploré de partir. Mais il est resté pour la nuit et a dormi sur le sol", a ajouté l'avocat.


Un état de santé préoccupant

La France, le Royaume-Uni et la Norvège ont condamné l'inculpation de l'opposante. Il n’y a "aucune justification" à cette arrestation, a estimé, pour sa part, l 'envoyé spécial de l'Union européenne pour la Birmanie, l'Italien Piero Fassino.

 

Pour Sunai Phasuk, consultant birman chez Human Rights Watch (HRW), l’emprisonnement de la secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) est purement politique. "C’est une opportunité pour les autorités de la garder éloignée de ses partisans alors que les prochaines élections ont lieu en 2010." La LND avait remporté les élections de 1990 mais la junte, qui dirige la Birmanie depuis plus de 40 ans, a refusé de tirer les conséquences de cette victoire.

 


Les mouvements d’opposition sont très inquiets concernant l’arrestation de "la Lady", comme les Birmans la surnomment, surtout que sa santé s’est fragilisée. Âgée de 63 ans, Aung San Suu Kyi, qui a passé plus de 13 des 19 dernières années en résidence surveillée, était traitée pour hypotension et déshydratation la semaine dernière.    

 

Première publication : 14/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)