Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Culture

Quand l'Eurovision fait rimer kitsch avec politique

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 17/05/2009

Une Ukrainienne qui chante pour la Russie, un duo israélien qui défraie la chronique, des Géorgiens interdits de concours... La 54e édition de l'Eurovision sera politique... ou ne sera pas. Heureusement, la musique adoucit les mœurs.


Le conflit israélo-palestinien s’invite à Moscou


Lorsque, à la fin de 2008, la juive Ahinoam Nini et l’Arabe Mira Awad ont annoncé qu'elles allaient se produire en duo lors du concours de l'Eurovision, les critiques n'ont pas tardé à fuser. Ces deux Israéliennes chantent pourtant la tolérance et la coexistence judéo-arabe. "Lorsque je pleure, je pleure pour nous deux", entonnent-elles en cœur. Un message qui n’a pas été compris en Israël. Il faut dire que l’ambiance nationale n’était pas, à l’époque, à la paix : l’annonce de leur nomination ayant été faite au lendemain du lancement de l'opération militaire israélienne dans la bande de Gaza… D’un côté, les artistes arabes dénoncent une "opération de propagande du gouvernement israélien". De l’autre, le député d’extrême-droite Arié Eldad qualifie le duo de "cinquième colonne au sein de l'Etat". Ambiance.

 

 

 

Les Européens adhèrent à la Turquie

 

L’Union européenne ne veut toujours pas de la Turquie. Qu’importe, les Européens en veulent bien. Tout du moins plébiscitent-ils sa chanteuse Hadise. Sa chanson "Dum Tek Tek" figure parmi les favorites de l’Eurovision. Sur le site Facebook, ses fans, toutes nationalités confondues, se comptent par dizaines de milliers. Et son clip fait un tabac sur les sites de vidéos en ligne. En Allemagne comme en Belgique, où elle est née, la jeune Turque aux formes généreuses remporte l’adhésion… du public.

 

 

 

 

Royaume-Uni : "Votre pays a besoin de vous"

 

Londres met les bouchées doubles pour tacler Moscou. En chanson du moins. Les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et la Russie sont tendues, notamment depuis l'affaire Litvinenko, du nom de cet ex-agent du KGB empoisonné, l’an dernier, dans la capitale britannique. Le royaume s'est alloué les services de lord Andrew Lloyd Webber, compositeur des opéras musicaux "Cats", "Evita" et "Le Fantôme de l'opéra" - rien que ça -, pour composer la sirupeuse ballade "It’s my time", interprétée par Jade Ewen. Prenant son nouveau rôle à cœur, l’homme n’a pas hésité à donner de sa personne pour aider sa pouliche. Dans un spot télévisé, le lord au lifting détonnant, calé dans un fauteuil Churchill, le drapeau britannique en toile de fond, s'en réfère à l’oncle Sam : " Il arrive un moment où chacun doit prendre ses responsabilités. Votre pays a besoin de vous !"

 

 

Sans doute les Géorgiens se joindront-ils à l’effort patriotique britannique, eux qui ont été interdits d’Eurovision pour avoir proposé une chanson intitulée "We don’t want put in" - référence à peine masquée au Premier ministre russe.

 


L’Eurovision souffle sur les braises du conflit entre Moscou et Kiev

 

La Russie sera, cette année, représentée par une Ukrainienne. Cette fois-ci, l’Eurovision souffle sur les braises toujours incandescentes du conflit gazier qui oppose Moscou et Kiev. Anastasia Prikhodko, qui portera, le 16 mai, les couleurs de la Fédération, s’était d’abord présentée dans son pays avec une chanson en russe. Tollé à Kiev. La chanteuse a alors tenté sa chance en Russie. Pari réussi. Aujourd'hui, c'est à Moscou qu'on crie au scandale : le refrain de sa chanson est en ukrainien !

 

Première publication : 14/05/2009

COMMENTAIRE(S)