Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

FRANCE

Autant d'emplois détruits au 1er trimestre 2009 que sur l'année 2008

Dernière modification : 15/05/2009

L'économie française à perdu 138 000 emplois au premier trimestre 2009, soit autant, ou presque, que sur l'ensemble de l'année 2008 (141 000 destructions), selon les données du ministère de l'Emploi.

AFP - L'économie française a détruit autant d'emplois salariés au premier trimestre 2009 que sur toute l'année 2008, avec une perte nette de 138.000 emplois (-0,9% en un trimestre, -2% sur un an), selon des données provisoires diffusées vendredi par le ministère de l'Emploi.
  
Cela ramène à 15,751 millions le nombre total de salariés dans les secteurs dit "principalement marchands" recouvrant les entreprises de toute taille et toute activité, hors agriculture, administration, éducation, santé et action sociale. Sur ce périmètre, la France a perdu 141.100 emplois salariés en 2008.
  

L'activité économique s'accompagne d'un incessant mouvement de créations et de destructions d'emplois, de l'ordre de 10.000 emplois créés et supprimés par jour en temps normal.
  
Mais la différence entre le nombre d'emplois créés et détruits, qui était encore positive au 1er trimestre 2008, est devenue de plus en plus négative (-24.300 au 2ème trimestre 2008, -41.500 au 3ème trimestre, -117.400 au 4ème).
  
La tendance s'est accentuée début 2009.
  
Comme depuis le début de la crise, les destructions d'emploi sont en grande partie imputables à l'intérim (-77.800 au 1er trimestre à 438.900 postes) et à l'industrie (-44.900 à 3,562 millions).
  
En un an, le nombre de travailleurs temporaires a fondu de 33,8% (-224.200 postes), précise le département statistiques et recherche du ministère (Dares).
  
Les emplois en intérim appartiennent à la catégorie des services, même quand il s'agit de missions d'intérim effectuées dans l'industrie ou le bâtiment.
  
Le secteur des services, premier gisement d'emplois en France, enregistre au total une destruction nette de 93.900 emplois salariés au 1er trimestre à 10,702 millions de postes.
  
La construction ne crée quasiment plus d'emplois mais a maintenu ses effectifs au premier trimestre (+800 postes à 1,487 million), selon la Dares.
  
Les résultats définitifs seront publiés le 19 juin. Ils porteront sur un périmètre plus vaste, englobant l'ensemble du secteur dit "concurrentiel", c'est-à-dire toute l'économie, hors agriculture et emplois publics.

Première publication : 15/05/2009

COMMENTAIRE(S)