Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-Orient

Avant de quitter Tel Aviv, le pape plaide pour une solution à deux États

Dernière modification : 15/05/2009

Avant de quitter la Terre sainte et de clôturer son pèlerinage de cinq jours au Proche-Orient, le pape Benoît XVI a plaidé à nouveau pour une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien.

AFP - Le pape Benoît XVI a plaidé de nouveau pour la création d'un Etat palestinien et dénoncé la "brutale extermination" des juifs par les nazis, en quittant la Terre sainte à l'issue d'un pèlerinage de huit jours.
   

"Que la solution à deux Etats (Israël et Palestine) devienne une réalité, qu'elle ne reste pas un rêve", a déclaré le pape lors d'une cérémonie d'adieu à l'aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv avant de s'envoler pour Rome.
   
Le Premier ministre israélien de droite Benjamin Netanyahu refuse d'accepter un règlement du conflit au Proche-Orient basé sur la création d'un Etat indépendant dans les territoire palestiniens occupés.
   
"Permettez-moi d'en appeler à tous les peuples de ces terres : assez d'effusions de sang, assez de combat, assez de terrorisme, assez de guerre", a ajouté le pape, qui s'est rendu lors de son voyage en Jordanie, Israël et Cisjordanie occupée.
   
Réitérant le droit d'Israël "d'exister et de jouir de la paix et de la sécurité dans des frontières internationalement acceptées", il a ajouté que le peuple palestinien a aussi "le droit à une patrie souveraine et indépendante afin de vivre dans la dignité et se déplacer librement".
   
Le pape, dont la condamnation de l'Holocauste lors de sa visite lundi au Mémorial de Yad Vashem avait laissé beaucoup d'Israéliens insatisfaits, a durci le ton en dénonçant "l'extermination brutale" des juifs par les nazis.
   
Evoquant sa visite dans le camp d'Auschwitz, trois ans plus tôt, il a souligné: "C'est là que tant de juifs ... ont été exterminés brutalement par un régime sans Dieu qui a propagé une idéologie d'antisémitisme et de haine. Ce chapitre épouvantable de l'histoire ne doit jamais être oublié ou nié".
   
Le président israélien Shimon Peres, présent à la cérémonie aux côtés de M. Netanyahu, a remercié Benoît XVI pour ses propos sur la Shoah lors de sa visite.
   
"Votre déclaration que l'Holocauste, la Shoah, ne doit pas être oubliée ou niée, et que l'antisémitisme et la discrimination, partout et sous n'importe quelle forme, doivent être combattus intensivement, a touché nos coeurs et nos esprits", a assuré M. Peres.
   
Avant de gagner l'aéroport, le pape s'était rendu dans la Vieille ville de Jérusalem où il s'est recueilli au Saint-Sépulcre, considéré par la tradition comme le lieu de la crucifixion et de la résurrection du Christ.
   
Dans ce haut lieu du christianisme, il a affirmé que le Christ offrait l'espoir pour la paix au Moyen-Orient et estimé qu'il était possible d'aller au-delà de la "récrimination" et de "l'hostilité".
   
"Comme chrétiens, nous savons que la paix à laquelle aspire cette terre déchirée a un nom : Jésus Christ", a-t-il déclaré.
   
Il s'est agenouillé devant le tombeau présumé du Christ dans une crypte alors que des religieux récitaient des prières avant de monter dans une chapelle bâtie sur le site qui serait celui de la crucifixion.
   
Le pape avait entamé sa visite dans la Vieille ville, dans la partie orientale occupée et annexée de Jérusalem, par une "rencontre oecuménique" avec les représentants du patriarcat grec-orthodoxe, au siège de cette instance.
   
Il y a évoqué la "honte des divisions" entre catholiques et orthodoxes devant le patriarche grec-orthodoxe Théophilos III, appelant au "devoir oecuménique".
   
"Je prie pour que notre rencontre d’aujourd’hui donne un nouvel élan aux travaux de la Commission internationale conjointe pour le dialogue théologique entre l’Église catholique romaine et les Églises orthodoxes", a-t-il ajouté.
   
Après le Saint-Sépulcre, il a achevé sa visite dans la Vieille Ville au patriarcat arménien.
   
Jeudi, il avait célébré à Nazareth, la ville de la jeunesse du Christ en Galilée, la plus grand messe de son pèlerinage en Terre sainte, en présence de plus de 40.000 fidèles.

Première publication : 15/05/2009

COMMENTAIRE(S)