Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

EUROPE

Biden affirme le soutien "inébranlable" des États-Unis à la Géorgie

Dernière modification : 15/05/2009

Le vice-président américain Joe Biden a assuré le président géorgien Mikheïl Saakachvili du soutien "inébranlable" des États-Unis à à la souveraineté et l'intégrité territoriale de son pays, lors d'un entretien téléphonique.

AFP - Le vice-président américain Joe Biden a exprimé jeudi le soutien "inébranlable" des Etats-Unis à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Géorgie, lors d'un entretien téléphonique avec le président Mikheïl Saakachvili, a indiqué la Maison Blanche.
  
Rendant compte de cet entretien, le bureau de M. Biden n'a cependant fait état d'aucune expression explicite de soutien de la part du vice-président au gouvernement de M. Saakachvili, contrairement à ce qu'a rapporté la présidence géorgienne.
  
Selon un communiqué publié par cette dernière alors que M. Saakachvili est confronté depuis des semaines aux manifestations de l'opposition et aux appels à la démission, M. Biden a exprimé au cours de l'entretien "le ferme soutien américain au gouvernement légitime et démocratiquement élu de Géorgie, et à l'indépendance et à l'intégrité territoriale du pays".
  
Selon le compte-rendu de la Maison Blanche, le vice-président s'est contenté de saluer "la réponse mesurée apportée par le gouvernement géorgien aux manifestations actuellement organisées par l'opposition, et ses efforts pour engager le dialogue avec l'opposition parlementaire".
  
M. Biden a "encouragé le gouvernement à continuer à tendre la main", a dit son bureau.
  
M. Biden a aussi "souligné la nécessité que la Géorgie et la Russie fassent preuve de retenue et oeuvrent à la stabilité des régions séparatistes de Géorgie".
  
"Le vice-président a souligné le soutien inébranlable des Etats-Unis à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Géorgie", a dit son bureau.
  
L'opposition géorgienne organise depuis un mois des manifestations à Tbilissi pour obtenir la démission du président, qui a longtemps fait figure de protégé des Etats-Unis. Elle lui reproche sa conduite de la guerre d'août 2008 contre la Russie et son bilan démocratique.
  
La Géorgie a déclenché en août une offensive pour tenter de reprendre le contrôle du territoire séparatiste d'Ossétie du Sud, provoquant l'envoi massif de troupes russes en Géorgie. La Russie a ensuite reconnu l'indépendance unilatéralement proclamée de la petite république et celle d'un autre territoire sécessionniste, l'Abkhazie.
  
Cette guerre a ajouté aux crispations déjà vives depuis des mois entre Washington et Moscou.
  
Depuis lors cependant, la nouvelle administration américaine du président Barack Obama s'emploie à restaurer les liens avec le gouvernement russe.

Première publication : 15/05/2009

COMMENTAIRE(S)