Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Paris s'engage à verser 12 millions d'euros pour les réfugiés de Swat

Vidéo par Gwladys SAVERY

Dernière modification : 15/05/2009

Le président pakistanais Asif Ali Zardari a rencontré à l'Élysée son homologue français. Nicolas Sarkozy s'est engagé à davantage coopérer dans la lutte anti-terroriste et à verser 12 millions d'euros d'aide humanitaire.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a promis de débloquer 12 millions d'euros pour venir en aide aux déplacés qui fuient les combats entre l'armée et les talibans dans le nord-ouest du Pakistan, a déclaré vendredi son homologue pakistanais Asif Ali Zardari.

"Mon ami le président a été très gentil, très généreux, il nous a promis une aide financière pour venir en aide aux personnes déplacées (...) il nous a promis 12 millions d'euros pour commencer", a déclaré M. Zardari à la presse après un entretien de trois quarts d'heure avec le chef de l'Etat français.

"Nous nous sommes mis d'accord pour coopérer plus largement afin de renforcer le Pakistan et de soutenir l'effort de guerre en cours dans la région, ainsi que pour renforcer nos relations bilatérales", a également indiqué le chef de l'Etat pakistanais.

Lors de cette rencontre, Nicolas Sarkozy a réaffirmé "son appui à la démocratie au Pakistan", a pour sa part indiqué l'Elysée dans un communiqué.

Il a également "souligné l'impératif pour le Pakistan de poursuivre ses efforts contre l'extrémisme taliban ainsi que contre toutes les autres formations terroristes menaçant son territoire et ses voisins et à coopérer étroitement à cette fin avec les pays limitrophes du Pakistan", a-t-il ajouté.

Le président s'est enfin déclaré prêt à "approfondir sa coopération avec le Pakistan en matière de lutte anti-terroriste", a conclu la présidence, confirmant l'aide humanitaire de 12 millions d'euros.

Interrogé sur la situation dans le chef-lieu de Swat, au nord-ouest du Pakistan, où les combats font rage entre l'armée et les talibans, Asif Ali Zardari a répondu qu'il y avait "toujours des inquiétudes partout". "Mais nous avons du soutien et la confiance du monde, la démocratie finit toujours par l'emporter", a-t-il poursuivi.

A une question sur la durée de l'offensive engagée par son armée contre les talibans dans le nord-ouest de son pays, le président pakistanais a répondu qu'il s'agissait d'un "combat contre un état d'esprit" et que cette offensive "n'est pas limitée dans le temps".

Asif Ali Zardari fait étape vendredi à Paris dans le cadre d'une tournée destinée à rassurer les Occidentaux, qui s'inquiètent de la stabilité du Pakistan face à la poussée des extrémistes islamistes.

Après un séjour à Washington, où il a rencontré le président américain Barack Obama et son homologue afghan Hamid Karzai, Asif Ali Zardari s'est rendu à New York au siège de l'ONU puis à Londres, où il a notamment plaidé pour une aide internationale en faveur des dizaines de milliers de civils pakistanais pris au piège des combats.

Première publication : 15/05/2009

COMMENTAIRE(S)