Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE

La tour Eiffel dans tous ses états

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/05/2009

Depuis 120 ans, la tour Eiffel accueille des hordes de visiteurs. À l'occasion de son anniversaire, une exposition a été organisée dans les escaliers et au premier étage de la mythique dame de fer, devenue le symbole de la France.

Verlaine la décrivait comme un "squelette de beffroi", Maupassant, reprenant la métaphore, la qualifiait de "squelette disgracieux et géant". A sa construction par Gustave Eiffel, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, la tour Eiffel ne faisait pas l’unanimité, loin de là.

Pourtant, en 120 ans, la dame de fer s’est imposée comme le véritable symbole de la France et de sa capitale. Elle est devenue l’un des monuments les plus visités au monde: près de 245 millions de visiteurs y ont grimpé depuis son ouverture au public, le 15 mai 1889.

Aujourd’hui, alors que des ouvriers la repeignent (pour la 18e fois depuis sa construction), elle accueille jusqu’à la fin de l’année une exposition, "L’épopée tour Eiffel". Photographies, peintures, extraits de films, bibelots et autres représentations de la mythique tour de fer sont semés dans ses escaliers et sur son premier étage.

 


 

Première publication : 15/05/2009

COMMENTAIRE(S)