Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

Economie

7 900 salariés mexicains de GM au chômage technique jusqu'en juillet

Dernière modification : 16/05/2009

Le géant américain de l'automobile General Motors s'apprête à fermer trois de ses quatre usines au Mexique jusqu'en juillet. Les mêmes avaient déjà cessé toute activité pendant plusieurs semaines, en décembre, janvier et février.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors (GM) va fermer temporairement trois de ses quatre usines au Mexique entre mai et juillet selon la presse qui cite vendredi sa direction locale.
  
Les fermetures sont prévues pendant plusieurs semaines, au cours desquelles le personnel devra prendre ses vacances, ou sera payé à 55% de son salaire, selon la direction de GM au Mexique.
  
Cette mesure concerne 7.900 salariés sur les 13.000 de GM au Mexique, selon l'édition électronique du quotidien Reforma, qui cite la direction du groupe.
  
La direction mexicaine du groupe ne répondait pas vendredi après-midi.
  
General Motors avait déjà fermé ces trois usines pendant plusieurs semaines en décembre, janvier et février derniers.
  
Le constructeur américain a engagé vendredi une très sévère restructuration de son réseau national de distribution, en avertissant 1.100 concessionnaires qu'ils ne seront plus fournis et que 1.300 autres revendeurs seront menacés à terme.
  
Les concessionnaires exclus représentent déjà 18% du réseau actuel aux Etats-Unis du numéro un américain de l'automobile, selon un communiqué.
  
A terme, le constructeur veut le réduire de 40%, pour le faire passer de 5.969 points de vente à "environ 3.600 d'ici à la fin 2010".

Première publication : 16/05/2009

COMMENTAIRE(S)