Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

Afrique

Au moins soixante personnes "massacrées" dans l'est du pays

Dernière modification : 16/05/2009

La Mission de l'ONU en RD Congo (Monuc) estime que l'attaque attribuée aux rebelles hutus rwandais des FDLR dans la nuit du 9 au 10 mai à Busurungi, dans l'est du pays, s'est soldée par le "massacre" d'une soixantaine de civils.

AFP - Au moins soixante personnes ont été tuées et près de vingt-cinq autres blessées lors d'une attaque attribuée aux rebelles hutu rwandais à Busurungi, dans la nuit du 9 au 10 mai, dans l'est de la République démocratique du Congo, a indiqué vendredi la mission de l'ONU en RDC.

La Monuc évoque dans un communiqué un "massacre" commis lors d'un "raid meurtrier des combattants" des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) "contre des populations civiles".

"Une mission spéciale par hélicoptère (...) est arrivée sur les lieux (...) et a d'ores et déjà fait état d'une situation de désolation totale. La localité est complètement déserte et détruite par les flammes", est-il ajouté.

Busurungi est une localité "inaccessible par la route", selon la Monuc, située au sud de la province du Nord-Kivu, dans le territoire de Walikale.

Quatre blessés graves (trois femmes et un enfant) "survivants du massacre", ont été acheminés vers des centres hospitaliers spécialisés, précise le communiqué. Les autres blessés ont été évacués dans divers hôpitaux et centres de santé de la zone.

Les populations des environs de Busurungi, "ont fui leurs villages" en direction de Hombo Nord et Hombo Sud, à une vingtaine de km de là de Busurungi.

Selon une source militaire onusienne interrogée par l'AFP, les habitants auraient été "tués par balle ou avec des machettes".

"La Monuc condamne cette attaque meurtrière avec la plus grande fermeté. Elle note une fois de plus que les FDLR ont choisi de s'en prendre à des populations civiles innocentes vivant dans les zones les plus reculées, dans l'espoir de faire fléchir la volonté des autorités congolaises à neutraliser leurs activités en RDC", conclut le communiqué.

Les rebelles hutu rwandais, dont certains ont participé au génocide de 1994 au Rwanda contre les Tutsi, sont estimés entre 5.000 et 6.000 combattants regroupés dans l'est de la RDC où ils se sont installés après le génocide.

Une opération conjointe sans précédent des armées rwandaise et congolaise a pourtant été menée du 20 janvier à fin février dans le Nord-Kivu contre ces combattants, anciens supplétifs occasionnels des Forces armées congolaises (FARDC).

Loin de les avoir éradiqués, l'opération a chassé les rebelles des grands centres de la province, les obligeant à gagner les forêts d'où ils lancent leurs attaques, et aussi à descendre vers la province voisine du Sud-Kivu.

Depuis le départ de l'armée rwandaise, ils sont traqués par les FARDC, soutenus par la Monuc, qui "réitère sa détermination à continuer d'appuyer le gouvernement congolais dans ses efforts visant à la neutralisation" des FDLR.

L'attaque à Busurungi s'est déroulée le même week-end que l'incendie de 130 maisons à Butalonga (Nord-Kivu), attribué aux FDLR. Dans la même province, un autre incendie à Luofu, mi-avril, avait fait sept morts, dont cinq enfants, après une attaque présumée des FDLR, qui ont nié toute responsabilité dans la mort des civils.

Première publication : 16/05/2009

COMMENTAIRE(S)