Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Economie

Les salariés de Fiat ont manifesté en masse à Turin

Dernière modification : 16/05/2009

Inquiets des conséquences d'une éventuelle fusion avec Opel, les salariés de Fiat sont venus de toute l'Italie pour manifester samedi à Turin. Ils exigent des garanties sur l'emploi et le maintien des usines en Italie.

AFP - "Fiat, c'est nous !" Venus en masse de toute l'Italie, les ouvriers du groupe automobile italien, qui craignent d'être sacrifiés sur l'autel d'une fusion avec l'allemand Opel, ont exigé samedi à Turin (nord) des garanties sur l'emploi et le maintien des usines en Italie.

Environ 15.000 selon les syndicats, les salariés du groupe et d'entreprises sous-traitantes ont manifesté sans incident dans les rues de Turin entre l'usine de Mirafiori et le Lingotto, siège de l'entreprise, véritable symbole en Italie et premier employeur privé du pays avec plus de 82.000 salariés.

En tête de cortège, le mot d'ordre est clair: "du nord au sud, Fiat ne doit pas se développer sans nous".

"Fiat c'est nous ! Sans nous, les dirigeants ne seraient pas applaudis comme ils le sont aujourd'hui" pour avoir redressé le groupe, au bord du gouffre lorsque Sergio Marchionne en a pris les commandes en 2004, clame Giorgio Airaudo, du syndicat Fiom-CGIL.

"Nous sommes préoccupés. Marchionne noue des alliances à l'étranger ce qui pourrait entraîner des doublons et donc la fermeture d'usines en Italie", s'inquiète Francesco Percuoco, ouvrier à l'usine de Pomigliano, près de Naples (sud).

Tous craignent un "désert industriel" dans le sud si Fiat y supprime des emplois ou y ferme des sites, alors que le chômage y est déjà beaucoup plus élevé que dans le reste du pays.

"C'est très bien le shopping à l'étranger mais les travailleurs italiens veulent savoir de quoi sera fait leur avenir. Marchionne doit comprendre que ce n'est pas que la tête de Fiat qui doit rester en Italie mais aussi ses bras", insiste de son côté Marco Roselli, employé à l'usine de Melfi (sud).

Le flou qui règne sur les intentions de Fiat en matière de restructuration s'il parvenait à mettre la main sur l'allemand Opel, après s'être allié avec l'américain Chrysler, inquiète les salariés qui réclament de longue date une rencontre avec la direction et le gouvernement.

Selon un projet attribué à Fiat et cité mercredi par les syndicats italiens et allemands, le groupe prévoirait de redimensionner l'usine de Pomigliano, de fermer celle de Termini Imerese (Sicile) ainsi que le site Opel de Kaiserslautern (ouest de l'Allemagne) et d'autres en Grande-Bretagne et en Autriche.

Fiat s'est toujours refusé à tout commentaire sur ce document. Le groupe avait en revanche démenti un autre projet cité par la presse allemande, selon lequel il voulait supprimer 18.000 emplois en Europe en cas de rachat d'Opel.

"Le silence est total. Ici, ce n'est pas comme en Allemagne où les syndicats sont associés à la gestion des entreprises. Nous sommes juste considérés comme des empêcheurs de tourner en rond", dénonce Ermes Naccari, ouvrier à Mirafiori.

Sergio Marchionne s'est engagé vendredi soir à faire "de son mieux pour garantir le plus possible d'emplois en Italie" et à rencontrer le gouvernement et les syndicats mais seulement une fois les discussions sur la reprise d'Opel achevées, alors que les syndicats souhaitent que la rencontre se tienne avant.

En milieu de cortège, Roberto Mastrosimone est venu de Sicile pour "défendre" l'usine de Termini Imerese, dont les ouvriers ont fait deux fois grève cette semaine contre une éventuelle fermeture.

"Malheureusement, nous sommes habitués. En 2002, Fiat avait déjà voulu fermer l'usine mais nous avons fait grève pendant deux mois et les avons contraints à ne pas le faire", rappelle-t-il, avant de promettre de nouvelles actions.

Première publication : 16/05/2009

COMMENTAIRE(S)