Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Asie - pacifique

Washington reconduit pour un an les sanctions contre la Birmanie

Dernière modification : 16/05/2009

Le président américain Barack Obama a prolongé d'un an les sanctions prises contre la Birmanie depuis 1997. Ce durcissement intervient alors que la junte au pouvoir dans le pays a de nouveau arrêté l'opposante Aung San Suu Kyi.

AFP - Le président américain Barack Obama a prolongé d'un an les sanctions imposées par les Etats-Unis à la Birmanie, coupable selon eux de réprimer la démocratie, a annoncé la Maison Blanche vendredi.

Selon des documents officiels publiés par la Maison Blanche, M. Obama a décidé de proroger les mesures coercitives infligées en mai 1997 par le président Bill Clinton et renforcées ensuite à plusieurs reprises par George W. Bush.

Les agissements de la junte au pouvoir en Birmanie "sont hostiles aux intérêts américains et représentent une menace continue et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des Etats-Unis", a dit M. Obama dans un message adressé au Congrès américain.

Ces sanctions interdisent les investissements américains en Birmanie et les exportations vers la Birmanie de services financiers et frappent les importations de produits birmans aux Etats-Unis. Elles visent aussi des personnalités et des soutiens du régime ainsi que leurs entreprises.

Première publication : 16/05/2009

COMMENTAIRE(S)