Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Reportages

La crise renforce l'extrême droite magyare

Vidéo par Alexis ROSENZWEIG

Texte par Alexis ROSENZWEIG

Dernière modification : 18/05/2009

Plus que jamais renforcé par la crise qui frappe le pays, Jobbik, le parti de l'extrême droite hongroise, est crédité dans les sondages de plus de 5 % d'intentions de vote. Un score qui lui permettrait de siéger au Parlement européen.

Meeting de campagne du parti d’extrême droite, Jobbik, dans un quartier de Budapest. Le chef du parti, Gabor Vona, pourrait être l’un des grands gagnants de la crise qui frappe durement la Hongrie. C’est lui qui a fondé la Garde magyare, une milice paramilitaire dont les membres, filles et enfants compris, portent l’uniforme et paradent dans les rues lors des cérémonies nationales. "La Garde magyare a été créée par des Hongrois pour assurer la défense des Hongrois. Nous voulons avant tout défendre les intérêts de notre nation", explique Gabor Vona.


Jeunes et moins jeunes assistent au meeting. Nostalgiques d’un glorieux passé, tous disent, hors caméra, avoir perdu confiance dans les autres partis politiques, qui se sont partagés le pouvoir depuis la chute du communisme. La Hongrie n’est pas passée loin de la faillite, faisant de la crise l’un des principaux arguments électoraux de ce parti. "En 20 ans, ils ont réussi à détruire tous les secteurs : l’armée, l’administration, la santé, l’éducation et même le réseau de transport ferroviaire, explique Gabor Vona. Aujourd’hui ils ont peur de notre slogan, ‘la Hongrie aux Hongrois’, parce que cela signifie la fin d’une époque dont ils ont profité et ils savent qu’ils vont devoir faire leurs valises."


Comme dans les années 1930 ?


La rhétorique antitzigane est souvent employée, dans un pays où les attaques meurtrières contre cette minorité sont de plus en plus fréquentes.


Le Premier ministre hongrois, Gordon Bajnai, sait que la crise joue le rôle de catalyseur de mécontentement. "S’il n’y avait pas une crise financière et globale qui frappait la Hongrie, je serais moins inquiet. Mais les années 1930 nous ont montré qu’une crise économique et sociale, si elle n’est pas contrôlée, peut constituer un terreau fertile au renforcement significatif de mouvements radicaux. Et nous devons les arrêter."


Juste après le scrutin européen, Jobbik lancera activement sa campagne pour les prochaines législatives, prévues dès l’année prochaine.

Première publication : 18/05/2009

COMMENTAIRE(S)