Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Reportages

La crise renforce l'extrême droite magyare

Vidéo par Alexis ROSENZWEIG

Texte par Alexis ROSENZWEIG

Dernière modification : 18/05/2009

Plus que jamais renforcé par la crise qui frappe le pays, Jobbik, le parti de l'extrême droite hongroise, est crédité dans les sondages de plus de 5 % d'intentions de vote. Un score qui lui permettrait de siéger au Parlement européen.

Meeting de campagne du parti d’extrême droite, Jobbik, dans un quartier de Budapest. Le chef du parti, Gabor Vona, pourrait être l’un des grands gagnants de la crise qui frappe durement la Hongrie. C’est lui qui a fondé la Garde magyare, une milice paramilitaire dont les membres, filles et enfants compris, portent l’uniforme et paradent dans les rues lors des cérémonies nationales. "La Garde magyare a été créée par des Hongrois pour assurer la défense des Hongrois. Nous voulons avant tout défendre les intérêts de notre nation", explique Gabor Vona.


Jeunes et moins jeunes assistent au meeting. Nostalgiques d’un glorieux passé, tous disent, hors caméra, avoir perdu confiance dans les autres partis politiques, qui se sont partagés le pouvoir depuis la chute du communisme. La Hongrie n’est pas passée loin de la faillite, faisant de la crise l’un des principaux arguments électoraux de ce parti. "En 20 ans, ils ont réussi à détruire tous les secteurs : l’armée, l’administration, la santé, l’éducation et même le réseau de transport ferroviaire, explique Gabor Vona. Aujourd’hui ils ont peur de notre slogan, ‘la Hongrie aux Hongrois’, parce que cela signifie la fin d’une époque dont ils ont profité et ils savent qu’ils vont devoir faire leurs valises."


Comme dans les années 1930 ?


La rhétorique antitzigane est souvent employée, dans un pays où les attaques meurtrières contre cette minorité sont de plus en plus fréquentes.


Le Premier ministre hongrois, Gordon Bajnai, sait que la crise joue le rôle de catalyseur de mécontentement. "S’il n’y avait pas une crise financière et globale qui frappait la Hongrie, je serais moins inquiet. Mais les années 1930 nous ont montré qu’une crise économique et sociale, si elle n’est pas contrôlée, peut constituer un terreau fertile au renforcement significatif de mouvements radicaux. Et nous devons les arrêter."


Juste après le scrutin européen, Jobbik lancera activement sa campagne pour les prochaines législatives, prévues dès l’année prochaine.

Première publication : 18/05/2009

COMMENTAIRE(S)