Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Reportages

La crise renforce l'extrême droite magyare

Vidéo par Alexis ROSENZWEIG

Texte par Alexis ROSENZWEIG

Dernière modification : 18/05/2009

Plus que jamais renforcé par la crise qui frappe le pays, Jobbik, le parti de l'extrême droite hongroise, est crédité dans les sondages de plus de 5 % d'intentions de vote. Un score qui lui permettrait de siéger au Parlement européen.

Meeting de campagne du parti d’extrême droite, Jobbik, dans un quartier de Budapest. Le chef du parti, Gabor Vona, pourrait être l’un des grands gagnants de la crise qui frappe durement la Hongrie. C’est lui qui a fondé la Garde magyare, une milice paramilitaire dont les membres, filles et enfants compris, portent l’uniforme et paradent dans les rues lors des cérémonies nationales. "La Garde magyare a été créée par des Hongrois pour assurer la défense des Hongrois. Nous voulons avant tout défendre les intérêts de notre nation", explique Gabor Vona.


Jeunes et moins jeunes assistent au meeting. Nostalgiques d’un glorieux passé, tous disent, hors caméra, avoir perdu confiance dans les autres partis politiques, qui se sont partagés le pouvoir depuis la chute du communisme. La Hongrie n’est pas passée loin de la faillite, faisant de la crise l’un des principaux arguments électoraux de ce parti. "En 20 ans, ils ont réussi à détruire tous les secteurs : l’armée, l’administration, la santé, l’éducation et même le réseau de transport ferroviaire, explique Gabor Vona. Aujourd’hui ils ont peur de notre slogan, ‘la Hongrie aux Hongrois’, parce que cela signifie la fin d’une époque dont ils ont profité et ils savent qu’ils vont devoir faire leurs valises."


Comme dans les années 1930 ?


La rhétorique antitzigane est souvent employée, dans un pays où les attaques meurtrières contre cette minorité sont de plus en plus fréquentes.


Le Premier ministre hongrois, Gordon Bajnai, sait que la crise joue le rôle de catalyseur de mécontentement. "S’il n’y avait pas une crise financière et globale qui frappait la Hongrie, je serais moins inquiet. Mais les années 1930 nous ont montré qu’une crise économique et sociale, si elle n’est pas contrôlée, peut constituer un terreau fertile au renforcement significatif de mouvements radicaux. Et nous devons les arrêter."


Juste après le scrutin européen, Jobbik lancera activement sa campagne pour les prochaines législatives, prévues dès l’année prochaine.

Première publication : 18/05/2009

COMMENTAIRE(S)