Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

Moyen-Orient

Face à Netanyahou, Obama exige la fin de la colonisation israélienne

©

Vidéo par Jonathan WALSH

Dernière modification : 19/05/2009

À l'occasion de la première visite à Washington du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président Obama a plaidé pour la création d'un État palestinien et pour l'arrêt de la colonisation dans les Territoires palestiniens.

AFP - Le président américain Barack Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont exposé lundi au grand jour leurs divergences sur la paix au Proche-Orient, concédant le strict minimum pour ne pas compromettre une relation historique dès leur première entrevue.
   
M. Netanyahu a résisté aux appels de M. Obama en faveur de la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, tout en disant pouvoir envisager un "arrangement" dans lequel Israéliens et Palestiniens vivraient côte-à-côte.
   
M. Obama, quant à lui, s'est montré déterminé à donner sa chance à la diplomatie avec l'Iran, malgré les inquiétudes israéliennes, tout en fixant à fin 2009 un début d'échéance pour juger du succès ou de l'échec de cette entreprise et en prévenant que les discussions entre les gouvernements américain et iranien ne dureraient éternellement.
   
"Il est dans l'intérêt, je crois, non seulement des Palestiniens, mais aussi des Israéliens, des Etats-Unis et de la communauté internationale de parvenir à une solution à deux Etats", a dit M. Obama lors d'une apparition devant la presse à l'occasion du premier face-à-face entre les deux hommes depuis qu'ils ont pris leurs fonctions.
   


M. Netanyahu s'est gardé d'endosser le terme d'Etat palestinien, bien que la création d'un tel Etat soit la pierre angulaire de l'effort diplomatique américain et international pour la paix.
   
M. Netanyahu a dit partager la volonté de M. Obama de faire avancer la paix et a dit vouloir commencer des négociations avec les Palestiniens "immédiatement".
   
"Je veux dire clairement que nous ne voulons pas gouverner les Palestiniens", a-t-il dit.
   
Mais il a posé ses conditions: la sécurité d'Israël doit être garantie et les Palestiniens doivent reconnaître Israël comme un Etat juif, une exigence rejetée par les Palestiniens.
   
Si ces conditions sont satisfaites, "je crois que nous pouvons envisager un arrangement dans lequel Palestiniens et Israéliens vivent côte-à-côte dans la dignité, la sécurité et la paix".
   
L'Autorité palestienne, dont M. Obama doit recevoir à son tour le président Mahmoud Abbas le 28 mai, a jugé les propos de M. Obama "encourageants" et ceux de M. Netanyahu "décevants".
   
M. Obama a affirmé qu'Israéliens et Palestiniens devaient "prendre au sérieux (leurs) obligations" au regard des accords passés, comme le plan de paix international pour la paix (la "feuille de route") et les engagements pris à Annapolis (Etats-Unis) sous les auspices de l'ex-président George W. Bush.
   
Israël "va devoir prendre des décisions difficiles", a dit M. Obama: "La colonisation doit cesser pour que nous puissions avancer".
   
Il faudra aussi s'occuper de la situation humanitaire dans la Bande Gaza, a-t-il dit.
   
M. Netanyahu a cependant montré que le programme nucléaire iranien, dont Israël se croit la cible, était dans ses préoccupations au moins au même niveau que la paix avec les Palestiniens.
   
M. Netanyahu s'inquiète que la diplomatie de la main tendue à l'Iran proposée par M. Obama ne laisse au régime islamique le temps de fabriquer la bombe atomique.
   
M. Obama a assuré à son hôte que la sécurité d'Israël était "d'une importance capitale".
   
Il a refusé tout calendrier "artificiel", face à la pression israélienne pour que le processus diplomatique soit limité dans le temps.
   
Il a souligné que l'Iran était actuellement en plein processus électoral menant à la présidentielle de juin et que ce n'était pas "le meilleur moment pour négocier".
 

Première publication : 18/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)