Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

États-Unis - Cuba, un rapprochement historique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Pakistan : massacre dans une école de Peshawar

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Airbus livre le premier A350 à Qatar Airways

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une élection sans perdant ?"

En savoir plus

Moyen-Orient

Première rencontre entre Netanyahou et Obama à Washington

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Shirli SITBON

Dernière modification : 18/05/2009

Benjamin Netanyahou, qui entame sa première visite à la Maison Blanche depuis qu'il a été élu Premier ministre il y a deux mois, devrait surtout évoquer la question du nucléaire iranien avec le président américain Barack Obama.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et le président américain, Barack Obama, se rencontrent, ce lundi, pour la première fois depuis leur élection, alors que des dissensions concernant le processus de paix au Proche-Orient pourraient voir le jour entre les deux pays alliés.


Après plusieurs années d’enlisement, Washington est prêt à relancer les négociations. Barack Obama devrait vraisemblablement pousser Netanyahou à se prononcer en faveur d’un État palestinien, véritable pierre angulaire de la politique américaine dans la région. Pas sûr toutefois que le chef du gouvernement israélien prenne cette décision au cours de son séjour américain.


“Le désaccord majeur portera probablement sur les priorités du dossier. Netanyahou insistera sur la menace du programme nucléaire militaire iranien, alors qu’Obama souhaite qu’Israël accélère le rapprochement israélo-palestinien", explique Eitan Gilboa, professeur à l’université israélienne de Bar Ilan.


Soucieux de faire avancer le processus de paix, le président américain devrait faire pression sur Netanyahou pour qu’il freine la construction de colonies en Cisjordanie.


“Obama a clairement dit que les avancées du dossier israélo-palestinien représentaient un intérêt national pour les Etats-Unis", rappelle Marc Perelman, journaliste et spécialiste de la région, sur FRANCE 24. Reste à savoir quel point sera considéré comme prioritaire."


Shimon Pérès calme le jeu


Pour Netanyahou, le plan de paix pour le Proche-Orient doit davantage se concentrer sur le programme nucléaire iranien plutôt que sur la création d’un État palestinien. Selon le président israélien, Shimon Pérès, Netanyahou aurait déjà validé une solution à deux États, mais de façon indirecte.


“Il a dit qu’il se tiendrait aux résolutions des gouvernements précédents, et dans ces résolutions il y a une feuille de route basée sur une solution à deux Etats“, a déclaré Pérès, lors du Forum économique mondial organisé dimanche en Jordanie.


Selon la presse israélienne, le chef de l’Etat hébreu aurait demandé à Netanyahou d’éviter toute confrontation directe avec Barack Obama.


Attentif au dialogue Etats-Unis-Iran


Pour le journaliste d’Europe 1 Emmanuel Faux, personne ne devrait hausser le ton à la Maison Blanche. “Il s’agit d’une première rencontre. Obama et Netanyahou vont exposer leurs positions. Il n’y aura pas d’affrontements. D’autres discussions vont suivre”, a-t-il déclaré sur FRANCE 24.


Netanyahou devrait se concentrer sur l’Iran et sur la teneur des discussions que Washington entend engager avec Téhéran.


Les déclarations du président américain dans le magazine "Newsweek" devrait cependant rassurer les dirigeants israéliens. Barack Obama a déclaré ne pas être "naïf" à propos de l’Iran et précisé ne retirer "aucune option de la table" des négociations.


“Obama est à l’aube d’un long processus, estime Emmanuel Faux. Son discours, prévu le 4 juin au Caire, va peut-être lancer un nouveau processus”.

 

Première publication : 18/05/2009

COMMENTAIRE(S)